02.12.2014 à 14:58

EpidémieEbola: le vaccin testé aux HUG est bien toléré

Les volontaires qui participent à l'essai clinique aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) sur le vaccin expérimental canadien contre le virus Ebola le tolèrent bien.

1 / 112
Des chercheurs ont découvert un anticorps qui neutralise les trois principales souches du virus Ebola en analysant le sang d'un survivant de la dernière épidémie en Afrique. Cette découverte pourrait ouvrir la voie à un premier vaccin doté d'une efficacité étendue. (Jeudi 18 mai 2017)

Des chercheurs ont découvert un anticorps qui neutralise les trois principales souches du virus Ebola en analysant le sang d'un survivant de la dernière épidémie en Afrique. Cette découverte pourrait ouvrir la voie à un premier vaccin doté d'une efficacité étendue. (Jeudi 18 mai 2017)

Keystone
Un vaccin contre Ebola, mis au point par des chercheurs canadiens, fera prochainement l'objet d'une nouvelle phase d'essais cliniques. (Mardi 18 octobre 2016)

Un vaccin contre Ebola, mis au point par des chercheurs canadiens, fera prochainement l'objet d'une nouvelle phase d'essais cliniques. (Mardi 18 octobre 2016)

Keystone
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré la fin de l'épidémie Ebola en Guinée. (Mercredi 1er juin 2016)

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré la fin de l'épidémie Ebola en Guinée. (Mercredi 1er juin 2016)

AFP

A ce jour, aucun effet secondaire préoccupant n'a été observé sur les patients qui ont fait l'essai clinique contre le virus Ebola, ont annoncés les HUG ce mardi 2 décembre.

Comme prévu, les injections de VSV-ZEBOV ont déclenché des réponses inflammatoires dans la semaine qui a suivi son injection. Ces réactions étaient d'intensité faible à modérée. Elles ont duré de quelques heures à deux ou trois jours.

Les HUG testent ce vaccin sur des volontaires à la demande de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et avec l'autorisation de Swissmedic. Depuis le 10 novembre, 34 personnes sur les 115 volontaires prévus dans le cadre de cet essai clinique ont reçu des particules du vaccin ou un placebo.

Suivis 6 mois après l'injection

Les volontaires ont déjà été vus à cinq reprises par le Centre de recherche clinique des HUG et de la Faculté de médecine de l'Université de Genève. Ils seront encore suivis à intervalles réguliers jusqu'à six mois après l'injection.

L'essai clinique se poursuit jusqu'au début 2015. Chaque semaine, quinze nouveaux volontaires recevront une injection dans l'épaule. Plus de 350 personnes se sont annoncées à Genève pour tester ce vaccin. Pour des raisons éthiques, ceux qui se rendront peut-être, à court ou à moyen terme, dans une zone où sévit l'épidémie d'Ebola ne recevront pas de placebo, précisent les HUG.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!