Actualisé 02.07.2018 à 11:03

Éboueurs: une prime pour aller bosser

Italie

La société de ramassage des ordures de Rome va récompenser les employés qui ne s’absentent pas trop. Dès 80 euros, pour ceux qui manquent jusqu’à un jour sur cinq…

par
Ariel F. Dumont, Rome
Récompenser les employés vertueux de la voirie romaine devrait coûter 6 millions d’euros.

Récompenser les employés vertueux de la voirie romaine devrait coûter 6 millions d’euros.

Alberto Pizzoli, AFP

Les Italiens ne cesseront jamais de nous étonner. Pour combattre l’absentéisme, dont le taux est estimé à 15%, la société municipale de collecte des déchets et ordures ménagères de Rome, l’AMA, a décidé d’introduire un système de primes à la présence. L’accord passé avec les cinq grands syndicats des éboueurs prévoit trois tarifs dégressifs pour les bonus annuels récompensant les salariés vertueux.

Ceux dont le taux d’absentéisme ne dépassera pas 4,7% recevront en fin d’année une petite enveloppe de 260 euros. Les éboueurs qui réduiront leur temps de travail annuel de 4,7% à 9% devront se contenter d’un bonus de 180 euros, et de 80 euros si leur taux d’absentéisme est compris entre 9 et 20%. À titre de sanction, un euro par jour sera retenu sur le salaire mensuel de ces mauvais élèves afin de récupérer le temps non travaillé.

«Cet accord est un pas de géant qui va modifier l’avenir en termes de règles sur l’emploi», estime le syndicat CGIL. Soit. Mais ce n’est pas l’avis d’un conseiller municipal du Parti démocrate qui a décidé de saisir la Cour des comptes. «Cet accord est scandaleux et implique des pertes énormes pour la Municipalité. Je comprends les primes à la production mais pas celles pour les présences au travail», s’est énervé Athos De Luca.

En vérité, l’idée n’est pas neuve, un mécanisme identique avait déjà été introduit en 2010. Mais à l’époque l’AMA, nettement plus généreuse, récompensait les éboueurs qui ne s’absentaient qu’un jour sur deux. Les sanctions disciplinaires étaient également plus souples: pas de retenues sur salaire, mais une suspension de moins de 6 jours ouvrables. Visiblement, ces primes étaient insuffisantes, le taux d’absentéisme n’ayant pas beaucoup régressé ces huit dernières années.

Mais où trouver l’argent?

Reste que cet accord pose un problème important: où l’AMA va-t-elle puiser l’argent de ces primes, estimé à quelque 6 millions d’euros? Dans son bilan 2017, les résultats de l’entreprise ne sont pas excellents, les bénéfices ne dépassent pas la barre des 200 000 euros. «Il va falloir trouver de nouvelles ressources», affirment les partenaires sociaux.

En fait, l’AMA souhaite pouvoir bénéficier des incitations fiscales prévues par la loi budgétaire 2018, justement pour combattre l’absentéisme, l’une des grandes plaies du monde du travail italien. La chose est possible, l’AMA étant ponctuellement dans le collimateur des Romains, qui se plaignent de la qualité insuffisante du service, en postant sur les réseaux sociaux des photos montrant les montagnes d’ordures accumulées dans les rues. Dans ce contexte, un geste du fisc pourrait aider à remettre en ordre le paysage romain.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!