Publié

EXCLUEcoutez le nouvel album de Bruce Springsteen

Le héros d'une Amérique prolétaire pendue au refrain de «Born in the USA» est de retour avec son nouvel album «High Hopes». Un «Boss» entouré du guitariste de Rage Against The Machine et d'une production en fer forgé.

par
Fred Valet
DR

Bruce Springsteen est de retour avec «High Hopes». Bon, l'espoir n'a rien à voir avec ça, puisque ça fait pile quarante piges que «The Boss» prend un malin et très attendu plaisir à revenir sur le devant de la scène. Après l'honnête «Wrecking Ball» en 2012 (calmez-vous les minettes, pas la chansonnette de Miley Cyrus, mais l'album de Bruce), il a enflammé les stades, dont celui de Genève, avec une tournée qui a laissé des traces indélébiles dans la poitrine de plusieurs générations de fans.

Aujourd'hui, toujours aussi passionné, Bruce Springsteen a donné un coup de fouet à son inspiration en invitant l'ex-guitariste de Rage Against The Machine à mettre son grain de sel dans les mélodies de ce 18e album studio. Après avoir intégré le E Street Band sur scène, Tom Morello a planté ses riffs sur huit morceaux de «High Hopes». Un album massif, à la production en fer forgé qui ne laisse que très peu de place au folk d'origine du «Boss». Si l'aspect monolithique fonctionne sur des morceaux comme «High Hopes» (où Morello rudoie comme il se doit sa pédale wah-wah) ou «The Ghost of Tom Joad» (où Morello n'aurait pas dû bouffer Guns & Roses tout cru avant de balancer ses solos nineties), il pèche quand les cornemuses doivent se frayer un chemin entre les refrains caloriques.

Oscillant toujours entre folk à feu de bois et pop américaine qui l'envoie (le bois), Bruce Springsteen ne déçoit pas totalement, mais se perd un peu en superlatifs. Pense-t-il devoir faire plus de bruit après quarante ans de carrière pour qu'on continue de l'écouter? A vous de juger en écoutant «High Hopes» en exclusivité pour «LeMatin.ch».

Ton opinion