Albanie - Edi Rama revendique «la plus belle» des victoires
Publié

AlbanieEdi Rama revendique «la plus belle» des victoires

La victoire des socialistes aux législatives en Albanie ouvre la porte à un troisième mandat au premier ministre Edi Rama.

La victoire des socialistes ouvre la porte à un troisième mandat pour Edi Rama, une première dans ce pays des Balkans.

La victoire des socialistes ouvre la porte à un troisième mandat pour Edi Rama, une première dans ce pays des Balkans.

AFP

Le premier ministre albanais Edi Rama a revendiqué mardi la «plus belle des victoires» après le succès des socialistes aux législatives en Albanie qui doit lui permettre de décrocher un troisième mandat, une première dans ce petit pays des Balkans.

«Nous avons battu le record», a lancé le chef du gouvernement devant des milliers de ses partisans qui agitaient des drapeaux sur la place Skënderbeg, la plus importante de la capitale Tirana. «Merci de me faire confiance pour exercer un troisième mandat».

48,6% des voix

Selon les résultats officiels portant sur le dépouillement des bulletins dans 95% des bureaux de vote, le Parti socialiste a obtenu 48,6% des voix dimanche, soit une dizaine de points de mieux que l’opposition rassemblée autour des démocrates de centre droit. Les projections de la Commission électorale centrale (CEC) créditent le PS de la majorité absolue, avec 74 des 140 sièges de députés, ce qui doit lui permettre de continuer à gouverner seul.

Le processus électoral est surveillé de très près par la communauté internationale qui y voit un test du bon fonctionnement des fragiles institutions de l’Albanie, candidate depuis sept ans à l’entrée dans l’Union européenne. Mais après une campagne électorale émaillée d’insultes, d’accusations de corruption et de violences, le vote et le dépouillement se sont déroulés sans problème majeurs et Edi Rama a promis de travailler main dans la main avec l’opposition.

«Je serai le premier ministre de tous les Albanais!» a lancé cet artiste peintre de 56 ans, invitant l’opposition «à œuvrer ensemble (avec son parti, ndlr) dans l’intérêt» du pays. Les démocrates de Lulzim Basha, qui avaient revendiqué la victoire à peine le scrutin terminé, sans que les résultats soient encore connus, n’avaient pas concédé la défaite mardi. Selon la CEC, ceux-ci, alliés à une dizaine de partis, ont obtenu environ 39% des voix (59 sièges).

Le MSI, fondé par le président Ilir Meta, un ancien socialiste devenu un farouche adversaire d’Edi Rama, a recueilli moins de 7% des suffrages (quatre sièges).

«Bonne organisation»

L’Union européenne a salué la «bonne organisation» de ce vote et appelé les partis à «suivre le principe démocratique qui consiste à respecter le résultat des élections».

Le premier ministre, qui est taxé d’autoritarisme et d’arrogance par ses contempteurs, a fait campagne en réclamant du temps pour finir des projets d’infrastructures entravés par la pandémie et continuer de reconstruire les milliers de logements détruits par un séisme meurtrier fin 2019.

Il a également lancé une campagne de vaccination massive contre le Covid-19, qui doit permettre l’immunisation d’ici à fin mai de 500’000 des trois millions d’Albanais et la relance de l’industrie touristique durement touchée par la crise sanitaire.

Ses adversaires l’accusent de tous les maux – liens avec le crime organisé, trucage des élections précédentes, mise en coupe réglée de l’économie et des institutions. Allégations que l’intéressé dément en bloc.

Bruxelles a dit oui à l’ouverture de négociations d’adhésion avec l’Albanie, mais sans fixer de date. Tous les partis avaient promis de mener à leur terme les changements demandés par l’UE pour ouvrir les pourparlers, à commencer par la réforme du système judiciaire et la lutte contre la criminalité organisée.

Pour les ONG internationales, l’Albanie figure parmi les pays les plus corrompus du continent européen. Le salaire moyen n’y est que de 420 euros, le chômage reste élevé et les jeunes cherchent massivement leur salut dans l’émigration en Italie, en Allemagne ou aux États-Unis.

(AFP)

Votre opinion