Suisse: Egalité salariale: l'administration bien notée
Publié

SuisseEgalité salariale: l'administration bien notée

Le niveau de tolérance de 5% pour l'égalité salariale est respecté mais trop d'offices ne sont que de peu sous ce seuil, estime un rapport.

L'administration fédérale s'en sort avec les honneurs pour l'égalité salariale mais elle peut encore mieux faire.

L'administration fédérale s'en sort avec les honneurs pour l'égalité salariale mais elle peut encore mieux faire.

Keystone

L'égalité salariale est assurée au sein de l'administration fédérale. Les différences sont toutes inférieures au seuil de tolérance de 5%. Il existe même des offices où le salaire des femmes est supérieur à celui des hommes, selon le contrôle dont le Conseil fédéral a pris connaissance vendredi.

Le contrôle a été mené grâce au logiciel Logib. La différence moyenne de salaire est de 3,3%, au profit des hommes.

Dans certaines unités, l'écart dépasse 4%: Météosuisse, Secrétariat général du DFJP, Service de renseignement de la Confédération, Etat-major de conduite de l'Armée, Administration fédérale des douanes, Office fédéral des constructions et de la logistique, Commission fédérale de la concurrence et Office fédéral des routes.

L'administration fédérale devrait être un exemple d'égalité salariale entre femmes et hommes, mais elle ne l'est pas, déplore la Communauté de négociation du personnel de la Confédération (CNPC) dans un communiqué. Trop d'offices ne sont que de peu sous le seuil de 5%. Les hommes estiment leur potentiel professionnel supérieur, ce qui favorise un salaire initial plus élevé, souligne la CNPC.

Des cas inverses

Pourtant, des cas tout à fait opposés existent. A l'Unité de pilotage informatique de la Confédération et à l'Organe d'exécution du service civil, l'écart dépasse aussi 4%, mais c'est le salaire des femmes qui y est plus élevé.

Les hommes sont aussi moins bien dotés aux Secrétariats généraux du DFI, du DDPS, du DFF et du DETEC, à l'Office fédéral de la culture, à la Bibliothèque nationale, dans quelques unités du DDPS, à l'Office fédéral de l'aménagement du territoire et au Service suisse d'enquête de sécurité. Pour certaines unités, le logiciel Logib n'est pas en mesure de fournir des données pertinentes.

(ats)

Votre opinion