Publié

CyclismeEgan Bernal: «ils étaient juste trop forts pour moi»

Le Colombien, tenant du titre sur le Tour de France, semble avoir trouvé ses maîtres. Mais de rares montées en-dessus de 2000 mètres vont enfin arriver.

par
Robin Carrel
Egan Bernal a tiré la langue vendredi.

Egan Bernal a tiré la langue vendredi.

KEYSTONE

Ce n’est pas un aveu d’impuissance mais presque. Le Colombien, vaillant vainqueur de la Grande Boucle il y a bientôt un an et deux mois, semble en retrait cette année. Bernal a pourtant été mis dans les meilleures conditions par l’équipe Ineos, qui a écarté Chris Froome et Geraint Thomas, mais sans succès. Sa troupe a également essayé de prendre la course à son compte avant l’ultime montée de vendredi, mais ç’a été un coup d’épée dans l’eau.

Après, l’ancienne équipe Sky reste une spécialiste de l’épreuve, qu’elle n’a pas gagné qu’une fois depuis 2012. Mais cette fois, même si elle a pour habitude de monter en puissance en vue de la dernière semaine de course, elle laisse comme une impression de manque de maîtrise à laquelle elle ne nous avait pas habitués. Pire, son leader colombien a tenu un discours à la limite du défaitisme après l’arrivée de la 13e étape.

«En fait, je me sentais pas mal du tout, a avoué Bernal une fois la ligne d’arrivée coupée et avoir concédé 38 secondes au duo Roglic-Pogacar. J’ai essayé de faire de mon mieux, mais ils étaient juste trop forts pour moi. J’avais pourtant eu de bonnes sensations toute la journée. Je regardais les données de mon capteur dans la dernière montée et c’étaient parmi les meilleures de ma carrière. Après, si les autres sont plus forts, je ne peux rien y faire.»

Il convient toutefois de relativiser les propos du leader de l’équipe Ineos. Le Tour ne s’est encore jamais aventuré sur des routes dépassant les 2000 mètres d’altitude, où il a l’habitude d’exceller, lui le Colombien de Zipaquirá, une ville sise à quelque 2500 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Bernal attend sûrement avec ambition l’étape de mercredi prochain, avec le franchissement du Col de la MadelEine (dont le sommet est situé à 2000 m tout pile) et surtout l’arrivée incroyable au Col de la Loze mercredi, au-dessus de Méribel, où l’arrivée sera jugée à 2304 mètres, le toit de ce Tour 2020.

Ton opinion