Crash du Sinaï: Egypte: des milliers de touristes en attente de rapatriement

Actualisé

Crash du SinaïEgypte: des milliers de touristes en attente de rapatriement

Les causes de la chute de l'avion russe samedi dernier après son décollage de Charm el-Cheikh ne sont toujours pas connues. Sur place, la confusion règne.

par
M. Mu avec les agences
Des centaines de touristes patientaient hier dans les files d'attente à l'aéroport de Charm el-Cheikh.

Des centaines de touristes patientaient hier dans les files d'attente à l'aéroport de Charm el-Cheikh.

AFP

Une semaine après l'explosion en vol de l'Airbus A321 de la compagnie russe Metrojet dans la zone égyptienne du Sinaï, les boîtes noires n'ont pas encore tout dit. 224 personnes se trouvaient à bord de l'avion qui venait de décoller de la station balnéaire de Charm el-Cheikh. Sur les lieux de la catastrophe, les recherches se poursuivent.

Le point sur la situation donné par le responsable de l'enquête en Egypte.

La piste de l'attentat

Des renseignements interceptés par des agents américains et britanniques suggèrent qu'une bombe a pu être installée à bord de l'avion russe, c'est ce qu'affirmait hier le journal britannique The Times. Une des boîtes noires de l'A321 confirme le caractère «brutal, soudain» de l'événement qui a précipité la chute de l'appareil.

Vols suspendus

Même si la Russie reste prudente face à la thèse de l'attentat, le président russe, Vladimir Poutine, a ordonné hier la suspension des vols des compagnies aériennes nationales vers l'Egypte, sur recommandation des services secrets. La Grande-Bretagne, l'Irlande, l'Allemagne et les Pays-Bas ont également suspendu cette semaine leurs vols vers Charm el-Cheikh. La compagnie aérienne Turkish Airlines a aussi annulé ses vols.

Touristes rapatriés

Le président russe a chargé le gouvernement «d'assurer le rapatriement des citoyens russes». Au total, il y a environ 45 000 touristes russes en Egypte. La Grande-Bretagne a pris les devants et commencé à évacuer quelque 20 000 ressortissants en vacances à Charm el-Cheikh. En début d'après-midi, deux vols avec 165 personnes à bord ont quitté la station balnéaire à destination de Londres.

Bagages interdits

Problème: l'aviation civile égyptienne n'a autorisé que huit des 29 vols prévus hier pour rapatrier les touristes britanniques. D'autre part, les compagnies britanniques ont choisi de n'autoriser les passagers à prendre que leurs bagages à main. Pareille mesure a été adoptée par la compagnie néerlandaise KLM qui a interdit les bagages en soute sur son vol Le Caire-Amsterdam d'hier après l'évocation d'une bombe à l'origine de l'explosion de l'avion russe. «Les aires de stockage de l'aéroport ne permettent pas d'accueillir plus de 120 tonnes de bagages», précise un communiqué égyptien. Cet important volume de bagages restés en souffrance affecterait donc le bon écoulement du trafic aérien national et international.

Vols et destination maintenus

La France et la Belgique ont déconseillé à leurs ressortissants de se rendre en Egypte, mais le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) n'a en revanche pas modifié ses conseils aux voyageurs. La compagnie suisse Edelweiss a maintenu son vol d'hier à destination de Charm el-Cheikh. Mais environ un tiers des voyageurs avaient annulé ou changé la date de leur départ. Un vol d'Helvetic Airways a également été garanti. Le voyagiste Hotelplan qui utilise cette compagnie a précisé que 134 de ses clients se trouvent sur place.

Ton opinion