Jeu de l’année: «Elden Ring» ravit le titre à «God of War: Ragnarök»

Publié

Game Awards – Jeu de l’année«Elden Ring» ravit le titre à «God of War: Ragnarök»

La cérémonie, qui est au jeu vidéo ce que sont les Oscars au cinéma, a désigné le jeu japonais phénomène du début de l’année 2022.

par
Jean-Charles Canet
1 / 2
Remise du Game Awards du jeu de l’année, dans la nuit de jeudi à vendredi.

Remise du Game Awards du jeu de l’année, dans la nuit de jeudi à vendredi.

dr
Remise du Game Awards du jeu de l’année, dans la nuit de jeudi à vendredi.

Remise du Game Awards du jeu de l’année, dans la nuit de jeudi à vendredi.

dr

Jusqu’au bout le suspense est resté entier. «God of War: Ragnarök» (PS4/PS5) décrochait une palanquée de prix secondaires ce qui laisse penser que le jeu de Santa Monica Studio se verrait aussi attribuer la couronne du jeu de l’année. Cela se passait cette nuit, à la cérémonie des Game Awards, orchestrée par Geoff Keighley. Il n’en fut rien et c’est «Elden Ring» (PC, Xbox, PlayStation) qui a décroché la récompense ultime.

Le jeu japonais, qui a également reçu le prix de la meilleure direction, est sorti au mois de février 2022. Cette première incursion de FromSoftware dans un monde ouvert avait fait sensation à la fois par sa difficulté (une marque de fabrique de la maison) mais aussi par sa popularité. Mais début novembre est sorti «God of War: Ragnarök», jeu d’aventure, exploration, combat placé au cœur des mythologies nordique dont la qualité (et aussi une accessibilité supérieure) chamboulait des pronostics jusqu’ici très favorables à «Elden Ring».

Les jurés se sont exprimés: la quantité pour «Ragnarök», la qualité pour «Elden Ring».

Dans les vient ensuite, deux récompenses ont été attribuées au jeu français «Stray» (le héros est un chat de gouttière sur PlayStation: meilleur jeu indépendant et meilleur premier jeu indépendant). On relève que le pourtant remarquable «Horizon: Forbidden West» repart bredouille, sans doute éclipsé par le succès surprise d’«Elden Ring», tout comme l’excellent «A Plague Tale: Requiem», du studio français Asosbo, souvent nommé, jamais récompensé.

Côté annonces, les nouveautés à venir marquaient la fin de l’ère crossgen (entre deux générations de consoles) avec la présentation de nombreux jeux PC, PS5 et Xbox Series qui ne s’embarrassaient plus d’être compatibles avec la PS4 et la Xbox One.

Ton opinion

0 commentaires