07.12.2019 à 12:56

Election au Conseil fédéral: surprise en vue?

Election

Le 11 décembre, l’Assemblée fédérale renouvellera le Conseil fédéral pour la prochaine législature. La Verte Regula Rytz tentera d'être élue, mais ses chances sont faibles.

par
Christine Talos

Les regards seront braqués ce mercredi 11 décembre sur l'élection du Conseil fédéral. Comme tous les 4 ans, le gouvernement doit être réélu en intégralité par l’Assemblée fédérale pour la prochaine législature.Tous les conseillers fédéraux actuels sont candidats à leur réélection. Mais cette année, portés par leur poussée aux dernières élections fédérales, les Verts vont lancer la Bernoise Regula Rytz à l’assaut d’un siège PLR, surreprésenté au Conseil fédéral à leurs yeux.

Comment ce renouvellement du Conseil fédéral va-t-il se dérouler?

Selon la loi, les ministres qui se représentent sont soumis au scrutin de réélection selon l’ordre d’ancienneté. C’est donc l’UDC Ueli Maurer, en place depuis 2009, qui ouvrira les feux. Suivront les socialistes Simonetta Sommaruga (élue en 2010) et Alain Berset (2012), l’UDC Guy Parmelin (2016) et le PLR Ignazio Cassis (2017). L’élection se terminera avec la PLR Karin Keller-Sutter et la PDC Viola Amherd, toutes deux élues cette année. L’Assemblée vote à bulletins secrets. Tous celles et ceux qui remplissent les conditions pour être élu(e) peuvent recevoir des suffrages lors des deux premiers tours. A partir du 3e tour, aucune nouvelle candidature n’est admise. Dès qu’un(e) candidat(e) atteint la majorité absolue (plus de la moitié des bulletins valables), il ou elle est élu(e).

Quel siège sera attaqué par les Verts ?

C’est d’abord le siège d’Ignazio Cassis qui sera visé par les Verts. Si Regula Rytz ne l’emporte pas, le parti pourrait aussi s’attaquer à celui de la nouvelle élue Karin Keller-Sutter. Mais d’un côté comme de l’autre, la candidature de la Bernoise passe mal auprès des élus. En effet, soit elle contribue à éliminer le seul représentant tessinois au gouvernement, soit elle parvient à faire éliminer une femme, en plus originaire de Suisse orientale. région peu représentée au Conseil fédéral. Et ceci pour faire élire une 2e Bernoise, après Simonetta Sommaruga. Quelles sont les chances de Regula Rytz ?

Très faibles. En effet, tant le PLR que l’UDC ne voteront pas pour elle et rééliront les conseillers fédéraux en place, ont-ils fait savoir. Les deux partis de droite n’ont même pas daigné auditionner la candidate bernoise. La Verte ne sera pas soutenue non plus par le PDC. Le parti du centre a décidé de ne pas se prononcer pour elle majoritairement le 11 décembre et n’a pas voulu l’auditionner non plus. Quant aux Verts libéraux, ils devaient recevoir la Bernoise sans se prononcer sur leur choix. Regula Rytz aura donc le soutien de la gauche, voire des voix au centre, mais cela ne devrait pas suffire.

Les scores des ministres en jeu

Il faudra aussi observer les scores des réélections des conseillers fédéraux, symbole de leur popularité sous la Coupole. Pour rappel, un sondage Tamedia auprès du public réalisé fin mai dernier plaçait les deux nouvelles arrivantes, Karin Keller-Sutter et Viola Amherd, en tête du classement. Suivaient Alain Berset, Ueli Maurer et Simonetta Sommaruga. Le Tessinois Ignazio Cassis et le Vaudois Guy Parmelin fermaient la marche. Un autre sondage, publié par le «Blick» en octobre dernier, mettaient ces mêmes deux conseillers fédéraux toujours en queue de peloton. A noter que le Tessinois avait été élu au Conseil fédéral au 2e tour en septembre 2017 avec 125 voix. Le Vaudois avait lui recueilli 138 voix au 3e tour.

Simonetta Sommaruga nouvelle présidente

Ce 11 septembre, l’assemblée fédérale doit aussi élire pour la 2e fois la Bernoise Simonetta Sommaruga à la présidence de la Confédération. Elle succédera à Ueli Maurer qui avait réalisé un score quasiment soviétique l’an dernier. En effet, il avait obtenu 201 voix sur 209 bulletins valables et égalé le record du Vaudois Jean-Pascal Delamuraz en 1988. Lors de sa première présidence en 2015, Simonetta Sommaruga avait obtenu le très bon score 181 voix. Le vice-président sera élu juste après. Il devrait s'agir de l'UDC vaudois Guy Parmelin. A noter que le pire score des élections à la présidence est détenu par Micheline Calmy-Rey. La Genevoise n'avait obtenu en décembre 2010 que 106 voix.

Qu’attend-on encore ce 11 décembre?

Juste avant de procéder à l’élection de Simonetta Sommaruga, l’Assemblée fédérale devra aussi élire le chancelier de la Confédération pour les 4 prochaines années. Le PDC Walter Thurnherr, en poste depuis 2016, est lui aussi candidat à sa succession. Il devrait être réélu sans problème.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!