Présidentielle: Elections dans un climat d'incertitude en Haïti

Actualisé

PrésidentielleElections dans un climat d'incertitude en Haïti

Quelque six millions d'électeurs sont appelés aux urnes. La participation est en nette hausse.

1 / 73
Axes routiers bloqués, rues désertes, activité commerciale au point mort... La capitale d'Haïti, Port-au-Prince, était paralysée lundi au lendemain de violences entre policiers mécontents et militaires. (Lundi 24 février 2020)

Axes routiers bloqués, rues désertes, activité commerciale au point mort... La capitale d'Haïti, Port-au-Prince, était paralysée lundi au lendemain de violences entre policiers mécontents et militaires. (Lundi 24 février 2020)

AFP
Des policiers en colère ont attaqué le QG de l'armée haïtienne à Port-au-Prince dimanche. Ces violences ont fait des morts et des blessés. (23 février 2020)

Des policiers en colère ont attaqué le QG de l'armée haïtienne à Port-au-Prince dimanche. Ces violences ont fait des morts et des blessés. (23 février 2020)

AFP
Le mandat de la totalité des députés haïtiens est arrivé à terme lundi, ce qui confère au président la possibilité de gouverner par décret. (13 janvier 2019)

Le mandat de la totalité des députés haïtiens est arrivé à terme lundi, ce qui confère au président la possibilité de gouverner par décret. (13 janvier 2019)

AFP

Les électeurs haïtiens ont commencé à voter dimanche pour le premier tour de l'élection présidentielle, le second tour des législatives et le tour unique des municipales. L'espoir à l'issue de ces élections générales est de sortir le pays le plus pauvre des Amériques d'une instabilité politique chronique.

Dès 6 heures dimanche (11 heures, en Suisse), une partie des 5,8 millions d'électeurs ont commencé à voter pour choisir leurs maires, leurs députés et sénateurs. Car faute de scrutins, leurs mandats arrivant à terme, les élus municipaux ont été progressivement remplacés, depuis 2013, par des agents exécutifs intérimaires, nommés directement par la présidence.

Les bureaux devaient fermer avant 16 heures (21 heures, en Suisse). Cette concentration de scrutins est une conséquence de la crise politique qui a marqué le mandat du président Michel Martelly, dès mai 2011. Faute de consensus entre pouvoir exécutif et opposition, les élections législatives et locales n'ont pas pu être organisées comme prévu durant les années 2012 et 2013. La participation est en nette hausse comparé aux dernières élections et c'est dans le calme que les citoyens patientent en ligne devant l'entrée de leur centre de vote.

Les 5,8 millions d'électeurs ont jusqu'à 16 heures (21 heures ici) pour le premier tour de l'élection présidentielle, le second tour des législatives et le tour unique des municipales.

Les résultats de ces élections ne devraient pas être connus avant début novembre.

Dans la capitale, Port-au-Prince, les bureaux de vote ont ouvert avec un léger retard à cause de la gestion chaotique des mandataires des partis politiques. Toute formation ayant présenté des candidats est légalement autorisée à mandater un témoin pour veiller à la bonne tenue des opérations. Mais leur nombre important a retardé le début du vote.

Un tirage au sort devait être effectué pour s'assurer de l'équilibre des partis en présence. Mais, devant la foule se pressant devant les portes des bureaux, les policiers chargés de la sécurité ont laissé entrer ces témoins sans se préoccuper du parti qu'ils représentaient.

Forces de l'ordre visibles

Les forces de l'ordre dans la capitale étaient davantage présentes et visibles que lors du précédent scrutin: le 9 août dernier, le premier tour des législatives avait été émaillé d'incidents violents, causant la mort de deux personnes.

Isoloirs posés sur des petites tables ou des coins de bancs: au lycée de Pétionville, qui concentre plus de 70 bureaux de vote, la logistique s'avère le principal problème. «C'est vraiment lamentable, mais c'est toujours comme ça pour les élections», se désole Frantz Ernso, un observateur d'une organisation de la société civile haïtienne.

«Les gens votent accroupis devant des bancs. En termes d'espace, il n'y a pas eu d'amélioration par rapport au 9 août,» regrette-t-il en constatant l'exiguïté des bureaux où sont installées les quatre urnes nécessaires à cette journée de vote.

Casse-tête pour la moitié des électeurs

Le séisme ravageur de janvier 2010 a fait plus de 200'000 morts et jeté à la rue un million et demi d'habitants. Depuis, le pays le plus pauvre des Amériques a entamé un long processus de reconstruction, ralenti par le traditionnel contexte politique conflictuel.

Le parlement haïtien a cessé de fonctionner le 13 janvier dernier. A l'issue des scrutins, l'Assemblée nationale et le Sénat pourront finalement reprendre leur travail le 11 janvier 2016.

Il y a officiellement 54 candidats en lice pour succéder au président haïtien Michel Martelly. Certains, minoritaires, ont annoncé l'abandon de leur campagne au profit des prétendants avec une plus large popularité.

Mais comme ils n'ont pas pas fait défection dans les délais impartis, tous ont leur portrait, leur nom, le symbole et le numéro de leur parti sur le bulletin de vote: un casse-tête pour la moitié des électeurs qui sont analphabètes.

(ats-afp)

Ton opinion