Actualisé 13.10.2020 à 22:38

CoronavirusEli Lilly suspend l’essai clinique d’un traitement expérimental

Le groupe pharmaceutique américain Eli Lilly a motivé sa décision de suspendre son essai clinique aux anticorps contre le Covid-19 par des raisons de sécurité qu’il n’a pas non détaillées.

Le comité indépendant de surveillance sanitaire de l’essai ACTIV-3 d’Eli Lilly a recommandé une pause dans les recrutements.

Le comité indépendant de surveillance sanitaire de l’essai ACTIV-3 d’Eli Lilly a recommandé une pause dans les recrutements.

KEYSTONE

Le groupe pharmaceutique américain Eli Lilly a annoncé mardi la suspension d’un essai clinique de son traitement expérimental aux anticorps contre le Covid-19. Il a motivé sa décision par des raisons de sécurité qu’il n’a pas détaillées.

«Nous savons que, par précaution, le comité indépendant de surveillance sanitaire de l’essai ACTIV-3 a recommandé une pause dans les recrutements», a déclaré un porte-parole dans un message envoyé à l’AFP, en parlant d’un essai portant sur des malades du Covid-19 hospitalisés.

Eli Lilly «soutient la décision du comité indépendant de garantir avec prudence la sécurité des patients participant à l’essai», a-t-il ajouté.

Anticorps de synthèse

Le traitement est similaire à ce que Donald Trump a reçu peu après l’apparition de ses symptômes de Covid-19: ce sont des anticorps de synthèse injectés en intraveineuse, et qui sont fabriqués spécifiquement pour neutraliser le coronavirus responsable de la maladie, remplaçant de facto le système immunitaire.

Le président des Etats-Unis a reçu des anticorps fabriqués par la société américaine Regeneron et vanté leur efficacité après sa sortie d’hôpital. Il a promis de les autoriser pour l’ensemble des malades et de les distribuer gratuitement.

Les deux sociétés ont demandé la semaine dernière à l’Agence américaine des médicaments (FDA) une autorisation en urgence de leurs traitements, mais la FDA doit d’abord vérifier leur sécurité et l’éventualité d’effets secondaires graves.

Le communiqué d’Eli Lilly n’a pas indiqué si les autres essais testant en ce moment les anticorps de synthèse étaient également suspendus.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
10 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Chris Debrabant

14.10.2020 à 11:16

"Il a motivé sa décision par des raisons de sécurité qu’il n’a pas détaillées" Raisons détaillées dans la presse US, mais que cet article passe sous silence. En fait, ces essais cliniques ont déclenché chez certains sujets une maladie jusqu'ici totalement inconnue... et jugée particulièrement grave pour que l’ensemble de l’opération, financée à hauteur de 1.45 milliard de dollars US dans le cadre du programme gouvernemental américain « Warp Speed » soit mise à l’arrêt. Ces recherches frénétiques rappelle le scénario du roman de science-fiction écrit par H.G. Wells en 1896 « L’île du docteur Moreau » et interpellent crûment sur la déontologie et bioéthique. Ma question : est-ce que l'humanité parviendra à surmonter le cauchemar biologique que nous fabrique la biochimie de Big Pharma ? Rappeler que la prescription de médicaments inappropriés est la troisième cause de mortalité... Un ainé a contracté la maladie de Guillain Barré droit derrière une vaccination anti-grippale.

Brick in the wall

14.10.2020 à 08:07

On prend régulièrement note des ratés lors des différentes procédures en cours pour l’approbation d’un vaccin. Mais peu importe différents vaccins sortiront dans un délai record jamais atteint dans toute l’histoire de la médecine, et ce pour un virus respiratoire saisonnier à la létalité quasi nulle. Pas besoin d’être grand clerc pour comprendre que les régimes d’état d’urgence prétendront que les mesures coercitives ne pourront être levées que si et seulement si le vaccin est inoculé à l’ensemble de la population. Cette dynamique inexorable va générer un durcissement des autorités à l’encontre des opposants réduits à de dangereux complotistes, tuant ainsi dans l’œuf tout débat de fond. Les gens qui préfèrent fermer les yeux ou faire un pas de côté, sachez que cette stratégie s’avérera non payante: non seulement vous n’échapperez pas au vaccin ainsi que votre progéniture mais en plus ne vous attendez pas à recouvrer vos libertés. La situation se radicalise, chacun doit se positionner.

Chris Debrabant

13.10.2020 à 23:27

La course à l'échalote connait rebondissements et vicissitudes. Se rappeler que les recherches actuelles sont financées par les contribuables et aux dépens des malades et/ou volontaires, que les labo ont obtenu l'immunité totale contre toutes poursuites de malheureux patients-cobayes et futurs clients, que les vaccins ont une efficacité de 40 à 60% et qu'aucune étude sérieuse n'a jusqu'ici n'a été entreprise pour prouver ces chiffres balancés par les fabricants et leur noria de communicants. On sait juste par une étude menée par le Pentagone, que les vaccinés grippaux ont 36% plus de chance (en l'occurence malchance !) d'attraper le Covid19 que les non-vaccinés. Au 5 sept. la Suisse comptait 1734 décès, aujourd'hui, 1808, essentiellement des personnes âgées dont on pourrait dire pour la plupart qu'elles sont mortes AVEC le Covid et non pas du Covid. Autant dire que je ne partage pas du tout le battage politico-médiatique qui nous soule (et coule) depuis des mois.