Elle campe devant Westminster 69 heures avant l’enterrement de la reine

Actualisé

LondresElle campe devant Westminster 69 heures avant l’enterrement de la reine

Une cinquantaine de personnes ont déjà posé leur tente devant l’abbaye, certains sont là déjà depuis vendredi. Lematin.ch est allé à leur rencontre.

par
Fabio Dell'Anna
(Londres)
1 / 3
Plusieurs tentes sont installées devant Westminster afin de voir correctement les funérailles de la reine lundi 19 septembre 2022.

Plusieurs tentes sont installées devant Westminster afin de voir correctement les funérailles de la reine lundi 19 septembre 2022.

Lematin.ch
Mary Foster a été la première personne sur place à installer sa tente. Elle est arrivée à 14 heures, le vendredi 16 septembre. Ci-dessus, elle est interviewée par lematin.ch.

Mary Foster a été la première personne sur place à installer sa tente. Elle est arrivée à 14 heures, le vendredi 16 septembre. Ci-dessus, elle est interviewée par lematin.ch.

Lematin.ch
Lematin.ch en train de parler à Sandra et Tina qui sont là depuis samedi. Juste derrière, on reconnaît aussi Caroline ainsi que le bonnet orange de Jackie qui brave le froid depuis vendredi.

Lematin.ch en train de parler à Sandra et Tina qui sont là depuis samedi. Juste derrière, on reconnaît aussi Caroline ainsi que le bonnet orange de Jackie qui brave le froid depuis vendredi.

Lematin.ch

Le temps s’est rafraîchi à Londres. Alors qu’il fait 16 degrés en journée, les températures descendent jusqu’à 7 degrés la nuit. Malgré le froid, environ cinquante personnes ont déjà posé leurs tentes devant le palais de Westminster pour être aux premières loges des funérailles de la reine, le lundi 19 septembre à 11 heures (horaire de Londres). Lematin.ch est allé leur poser quelques questions samedi juste avant minuit, alors que le vent soufflait fort.

Mary Foster, emmitouflée dans une couverture, était la première personne sur place, le vendredi 16 septembre vers 14 heures. Sa tente bleue est décorée de drapeaux du Canada. «Je viens de Toronto, mais j’ai déménagé à Londres depuis plusieurs années», explique la femme de 47 ans, le sourire aux lèvres, avant d’ajouter: «Je ne suis pas allée voir le cercueil, il était donc important pour moi de bien voir la procession. Je trouve qu’elle était une femme admirable. Elle a commencé à régner à seulement 25 ans dans une société dominée par les hommes. Cela aurait pu être effrayant, mais elle a relevé tous les défis et a persévéré pour servir au mieux son pays.» Elle avoue que les températures sont difficiles à supporter ainsi que le bruit. «Je n’ai dormi que quatre heures la nuit dernière.»

Elle reviendra pour le couronnement de Charles III

Caroline, 62 ans, et Jackie, 55 ans, ont aussi peu dormi pour les mêmes raisons. «Les lumières sont aussi problématiques», confie cette dernière. Elles sont arrivées vendredi en fin d’après-midi et ne se connaissent pas d’avant. La première vient de Kent et la deuxième de la région de Derbyshire. Malgré le peu de repos, elles préfèrent positiver. «Nous vivons un moment d’Histoire. Je veux en profiter au maximum. De plus, les gens déjà présents sont très bienveillants. On se surveille mutuellement les affaires si on a besoin d’aller aux toilettes ou au supermarché», explique Caroline qui prévoit déjà de venir pour le couronnement du roi Charles III.

«La reine mérite un grand événement pour tout ce qu’elle a fait pour notre pays et il était hors de question de le rater ou de le regarder depuis la télévision.»

Sandra d’Essex, 62 ans, attend depuis 8 heures samedi.

Un peu plus loin, on retrouve Tina, 55 ans, et Sandra, 62 ans, d’Essex. L’une est arrivée à 8 heures samedi, l’autre à 20 heures. «J’ai pris avec moi le strict nécessaire. Juste un sac de couchage, un thermos de café et une brosse à dents», explique la première. «Sans oublier deux paires de collants», précise la deuxième, la voix un peu tremblante. «La reine mérite un grand événement pour tout ce qu’elle a fait pour notre pays et il était hors de question de le rater ou de le regarder depuis la télévision. Je voulais être aux premières loges pour la remercier et lui montrer mon respect», conclut Sandra.

Ton opinion