France: Elle devra revivre les obsèques de son bébé une seconde fois

Publié

FranceElle devra revivre les obsèques de son bébé une seconde fois

Une Française pensait assister aux obsèques de son bébé, alors que c'est un autre bébé qui a été incinéré au crématorium d'Aubagne, le mercredi 28 février.

par
K.A.
Crématorium d'Aubagne (F).

Crématorium d'Aubagne (F).

DR

Après avoir assisté aux obsèques de son bébé, Samantha, une habitante de Tavernes dans l'arrondissement de Brignoles (F), a appris qu'il ne s'agissait en réalité pas de son enfant - qu'elle a perdu en accouchant prématurément.

«On nous a dit de repasser en fin d'après-midi pour récupérer les cendres de ma fille [incinérée au crématorium d'Aubagne]», explique la jeune femme de 20 ans, citée par nicematin.com.

Et de déplorer: «Sur la route, les pompes funèbres m'ont appelée pour me dire qu'il ne fallait pas que je revienne, que ce n'était pas les cendres de mon enfant. Sur le coup, je n'y ai pas cru.»

L'échange par erreur entre les deux corps se serait produit à la chambre mortuaire de l'hôpital de La Timone qui, mis à part d'être «désolée», n'a pas fourni d'explications à Samantha qui ne pourra pas récupérer le corps de son enfant «avant la fin d'une enquête interne».

«Dysfonctionnement majeur»

«Les agents de la chambre funéraire ont constaté une erreur d'identité entre deux défunts, au moment de restituer le corps d'un défunt à sa famille. À la suite d'une défaillance dans l'application des protocoles d'identitovigilance par les différentes personnes en charge des procédures de vérification, il a été constaté que le corps avait par erreur été incinéré le jour même» a communiqué l'Assistance publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM) qui déplore ce «dysfonctionnement majeur» et qui présente aux familles «ses excuses profondément attristées».

Par ailleurs, la famille de Samantha ainsi que celle dont l'enfant a été incinéré sans sa présence ont porté plainte.

Ton opinion