Publié

Caroline du NordElle Macpherson s’engage pour une campagne antivax

La mannequin a partagé la scène avec son compagnon, le médecin controversé Andrew Wakefield, lors d’un événement États-Unis de propagande anti-vaccination.

Elle Macpherson Insiste sur le fait que la crise du Covid-19 est un «moment divin» pour partager ses convictions.

Elle Macpherson Insiste sur le fait que la crise du Covid-19 est un «moment divin» pour partager ses convictions.

AFP

La top-modèle Elle Macpherson fait la promotion d’une campagne anti-vaccination menée par son petit ami, l’ancien médecin, radié au Royaume-Uni, Andrew Wakefield, en plein cœur de la pandémie. Insistant sur le fait que la crise du Covid-19 est un «moment divin» pour partager ses convictions, Elle Macpherson est montée sur scène devant un public en Caroline du Nord pour aider à promouvoir une vidéo de propagande antivax.

Selon le MailOnline, après que la star a été présentée par son compagnon, qui l’a appelée sa «petite amie», elle s’est tournée vers lui et lui a dit: «Tu as fait ce film pendant la crise du Covid. C’est intéressant parce que c’est un si beau moment, sacré, quand vous regardez le film, parce qu’il est si pertinent, il arrive à point nommé, en ce moment divin où la vaccination et la vaccination obligatoire sont sur toutes les lèvres».

Rencontre en 2017

La mannequin de 56 ans a ensuite admis qu’elle était «honorée» de partager la scène avec Andrew Wakefield et a confié qu’elle avait entendu parler d' «Andy» pour la première fois en 1998 – l’année où lui et ses collègues ont publié leurs recherches, discréditées depuis, suggérant que le vaccin ROR avait causé l’autisme chez 12 enfants. Andrew Wakefield a été interdit d’exercice de la médecine au Royaume-Uni en 2010, en raison de ces fausses affirmations, et il a ensuite réalisé le documentaire «Vaxxed: From Cover-Up to Catastrophe», qui a été retiré de la sélection du festival du film Tribeca de 2016 à New York suite à un tollé de médecins.

Elle Macpherson, qui a deux enfants avec son ex-mari, Arpad Busson, aurait rencontré Andrew Wakefield lors d’un événement à Orlando, en Floride, fin 2017, après qu’il s’est séparé de sa femme, Carmel.

(Cover Media / LeMatin.ch)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
19 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Duglus

26.11.2020 à 21:31

Controversé : sujet où personne qui suscite le débat. C’est le mot magique des médias pour diaboliser une personne qui n’est pas valorisée par l’idéologie dominante. Mais dans un monde normal où règne l’émancipation humaine le débat devrait être vu comme positif... les médias avouent donc qu’il ne veulent pas de débat.. merci de l’info on savait.

Rko

26.11.2020 à 17:03

Voilà voilà, on se réjouit de voir l’efficacité de ce ou ces vaccins pondus en 1 année alors que la souche est connue, n’en déplaise aux pro-confinement et aux pro-masque en tous genre. Le vaccin n’est rien d’autre qu’une partie du virus que vous voulez absolument éviter!

Brick in the wall

26.11.2020 à 16:58

Profitons-en pour rebondir sur l'incident cutter" des années 50 aux USA ayant certaines similitudes circonstancielles avec le covid, à savoir une course entre labos pour l'approbation d'un vaccin contre la polyomiélite devant couvrir le marché américain. Par erreur, le labo Cutter avait livré 120 000 doses contenant le virus actif. Parmi les enfants vaccinés, 40 000 ont développé la poliomyélite abortive et 56 la variante paralytique. Précipitation, cupidité, réduction des étapes de contrôle, tous les ingrédients sont réunis. Il ne s'agit pas d'être binaire pro versus anti vaccin, mais de comprendre les risques induits de la vaccination versus celui de la maladie.