Royaume-Uni: «Elle n'aurait jamais fait de mal à George»
Publié

Royaume-Uni«Elle n'aurait jamais fait de mal à George»

La femme qui s'était introduite dans l'école du Prince George, fils aîné de William et Kate, a été remise en liberté.

Le Prince lors de la rentrée le 7 septembre.

Le Prince lors de la rentrée le 7 septembre.

Keystone

Une femme arrêtée cette semaine pour avoir tenté d'entrer dans l'école du prince George à Londres est une super fan de la famille royale, a affirmé sa mère vendredi au quotidien Sun.

«Elle aime la famille royale»

La femme de 40 ans, présentée comme une guérisseuse, avait été arrêtée mercredi après avoir réussi à pénétrer à deux reprises dans le très select établissement privé de St Thomas's Battersea.

Louise Chantry a été remise en liberté sous caution depuis, a annoncé la police qui soupçonnait au départ une tentative de cambriolage.

«Elle n'aurait jamais fait de mal à George. C'est juste qu'elle aime la famille royale et les enfants», a déclaré sa mère Rhona Crawford dans le Sun.

Mme Crawford a ajouté que le prince William, sa femme Kate et leurs enfants George et Charlotte «représentent la famille idéale qu'elle aurait voulu avoir», ajoutant que son obsession s'apparentait à celle que les Britanniques ont pu avoir pour la princesse Diana, morte en 1997.

«C'est un conte de fée, une féérie», a-t-elle encore dit.

Réexamen des mesures de sécurité

Mme Chantry s'est récemment séparée de son mari après six ans d'union et n'a pas d'enfant.

Après son arrestation, Scotland Yard avait annoncé un réexamen des mesures de sécurité de St Thomas's Battersea, où l'année scolaire coûte quelque 18.000 livres (19.600 euros).

George, quatre ans, troisième dans l'ordre de succession au trône britannique, avait fait sa rentrée en maternelle le 7 septembre.

L'arrière-petit-fils de la reine Elizabeth II et petit-fils du prince héritier Charles passera un an dans cette classe, où il sera dénommé George Cambridge, avant de commencer l'école primaire à l'âge de cinq ans, comme il est d'usage au Royaume-Uni.

(AFP)

Votre opinion