Élections: Elle quitte le PDC valaisan parce qu’elle y étouffe
Publié

ÉlectionsElle quitte le PDC valaisan parce qu’elle y étouffe

Après une tentative de remise au pas, la présidente des Syndicats chrétiens Carole Furrer s’en va pour préserver «sa santé mentale».

par
Eric Felley
Carole Furrer préside les Syndicats chrétiens, liés au PDC. Elle préfère rendre sa carte du parti que de se faire mettre au pas.

Carole Furrer préside les Syndicats chrétiens, liés au PDC. Elle préfère rendre sa carte du parti que de se faire mettre au pas.

DR

«Bravo ma belle!» C’est ainsi qu’a commenté dimanche sur Facebook une amie de Carole Furrer, présidente des Syndicats chrétiens valaisans, candidate au Conseil national et figure bien connue du PDC, où elle représente l’aile centre gauche du parti. «J’ai eu beaucoup de plaisir à m’engager au sein du PDC du Valais romand, mais c’est terminé, j’étouffe (et il en va de ma santé mentale).» Voilà ce qu’elle a écrit samedi après-midi, suscitant l’étonnement en Valais, à deux semaines des élections cantonales.

Le plus étrange est la raison de ce départ abrupt. Elle avait appelé à voter au Conseil d’État pour le candidat du PLR Frédéric Favre, tout comme l’ont fait les conseillers d’État sortant Christophe Darbellay et Roberto Schmid. Mais cela n’a pas plu au secrétaire général du PDC du Valais romand, Vincent Baud, qui s’en est plaint dans une lettre d’information du parti intitulée «J-15, carnet de bal». Il précise qu’il a voulu savoir si sa déclaration l’engageait comme présidente des Syndicats chrétiens, qui comptent tout de même 20 000 membres. Carole Furrer n’a pas répondu assez rapidement. Le secrétaire lui a fait cette mise en garde tout en finesse: «On peut suggérer à Carole de s’imbiber les chaussons de colophane, résine utilisée par les danseurs pour éviter de glisser.»

Le «Mariage pour tous» en embuscade

Cette mise au pas cavalière, sous forme de boutade antidérapante, a été le mot de trop. Elle a donc envoyé valser sa carte de membre: «Ma liberté de penser, a-t-elle tranché, et de m’exprimer est plus importante que l’appartenance à un parti politique». Mais il y a sans doute une autre raison pour laquelle elle se trouve dans le viseur de certains caciques du parti. Si elle a déclaré qu’elle voterait pour Frédéric Favre, elle a aussi déclaré qu’elle ne voterait pas pour le nouveau candidat du PDC, Serge Gaudin, car celui-ci s’oppose au «Mariage pour tous». Carole Furrer est intransigeante à ce sujet: «Toute personne qui ne soutient pas le «Mariage pour tous» sera simplement éliminée de mon vote». Loin du bal, comme dirait le secrétaire du parti.

Votre opinion