Publié

OPÉRA D’AVENCHESElles ont reçu 7 fr 50 de l'heure

Pour ces jeunes couturières, le festival a un goût amer. Elles ont retouché les costumes des artistes et les ont habillés pour un salaire de misère.

par
Laure Lugon Zugravu
Marie, d’Yverdon (VD) et Céline, de Villarepos (FR).

Marie, d’Yverdon (VD) et Céline, de Villarepos (FR).

Jean-Guy Python

L’opéra, c’est d’abord la lumière. Mais Marie, Céline et dix autres couturières ont eu droit à sa part d’ombre. Payées 7 fr. 50 l’heure pour retoucher les costumes, ces ouvrières n’ont goûté de «Carmen» de Bizet que les coulisses du dépit.

Votre opinion