Cyclisme - Elles se mobilisent pour avoir leur Tour de Suisse
Publié

CyclismeElles se mobilisent pour avoir leur Tour de Suisse

La première boucle nationale au féminin devrait avoir lieu en juin. Les professionnelles sont pendues à la Confédération.

par
Robin Carrel
Marlen Reusser est une des meilleures rouleuses de sa profession.

Marlen Reusser est une des meilleures rouleuses de sa profession.

Ulf Schiller/freshfocus

On peut appeler ça un coup de pression. Et pas de ceux qu'on met dans ses boyaux avant une course. Les 5 et 6 juin prochains devrait avoir lieu le premier Tour de Suisse féminin, mais les coureuses sont dans l'attente. Celui-ci ne pourrait avoir lieu que s’il est possible de récupérer, d'ici-là, les fonds de la Confédération pour les Championnats du monde sur route 2020 d'Aigle-Martigny et Martigny, annulés la saison dernière.

«Rien ne semblait pouvoir s’opposer à la première du Tour de Suisse Women. Mais l’épreuve est toujours menacée. Cela est dû au fait que l’on ne sait toujours pas quand et dans quelle mesure les fonds mentionnés seront reversés», a écrit jeudi Swiss Cycling dans un communiqué. La Fédération suisse a de belles ambitions pour cette mini boucle nationale au féminin et espère, à terme, en faire une course World Tour.

«Swiss Cycling a besoin de cette sécurité financière pour ne pas prendre le risque de s’attirer de graves ennuis en organisant ce magnifique projet», ont assuré les conseillères nationales Diana Gutjahr et Aline Trede, qui ont déposé une motion demandant à l'État de prendre en charge une garantie d'éventuel déficit. Au vu des conditions sanitaires, cela permettrait aussi à l'épreuve de se prémunir contre une annulation prématurée.

«L’égalité des sexes est une priorité pour notre Fédération. Voilà un an et demi que nous avons créé le projet de promotion #fastandfemaleSUI, car nous avons un immense potentiel au niveau du cyclisme féminin, voulons offrir quelque chose aux jeunes cyclistes femmes et devons nous adapter aux réalités sociales», a prévenu quant à lui Thomas Peter, le boss de Swiss Cycling.

Les organisateurs n'ont plus que quelques jours avant de décider s'il est possible ou non de donner le départ à cette grande première en Suisse. Le calendrier politique risque donc d'être décisif quant à la possibilité de garnir le calendrier cycliste helvétique d'une grande première qui n'a que trop attendu. Ce qui est sûr c’est que les cyclistes suisses se sont mobilisées.

Votre opinion