Produit laitier: Emmi dépasse ses attentes
Actualisé

Produit laitierEmmi dépasse ses attentes

Le numéro un des produits laitiers en Suisse a vu son bénéfice augmenter de 31,6%, pour atteindre 60,8 millions de francs.

Emmi a su faire face à l'environement jugé «difficile».

Emmi a su faire face à l'environement jugé «difficile».

Keystone

Emmi a réussi un premier semestre positif dans un environnement jugé «difficile».

L'amélioration «significative» du bénéfice provient notamment «des effets négatifs non récurrents du renforcement soudain du franc suisse l'année dernière», a indiqué mardi le groupe lucernois dans un communiqué.

Les augmentations de rendement à l'étranger, avec «du progrès» dans les filiales, la «bonne évolution des entreprises acquises dernièrement» et le «renforcement des bonnes positions des produits de niches» ont influé favorablement sur le bénéfice, a analysé le directeur général Urs Riedener, cité dans le communiqué.

Le bénéfice opérationnel (EBIT) est passé de 84,4 millions de francs sur les six premiers mois de 2015, à 92,5 millions ( 9,6%). Emmi estime avoir dépassé ses prévisions au premier semestre s'agissant des revenus.

Le chiffre d'affaires net s'est quant à lui élevé à 1,59 milliard de francs ( 2%, ou -0,7% en termes organiques), reflétant «l'environnement économique difficile et la forte concurrence, surtout à cause des grands volumes de lait», pointe Urs Riedener.

Ventes en recul en Suisse

Par régions, la Suisse, principal vecteur des revenus d'Emmi avec une contribution de 54% au chiffre d'affaires du groupe, n'a pas connu l'évolution la plus satisfaisante. Les ventes s'y sont montées à 853,2 millions de francs, soit un recul de 2,4% par rapport à la même période de l'an passé.

Le recul du commerce de détail, le bas prix du lait, la forte pression de la concurrence et des importations, ainsi qu'un tourisme d'achat toujours important sont évoqués. Les fromages et fromages frais ont notamment souffert des conditions économiques difficiles sur le marché national.

Dans les Amériques (Etats-Unis, Canada, Chili, Espagne, France, Tunisie), le chiffre d'affaires a pris 7,5%, pour atteindre 416,4 millions de francs ( 1,8% hors effets de change et acquisition). La croissance a été moins importante que prévu, principalement du fait des bas prix du lait aux Etats-Unis et de la situation économique difficile au Chili et en Espagne.

Dans la région Europe (Allemagne, Autriche, Benelux, Grande-Bretagne, Italie), les ventes ont augmenté à 254,4 millions de francs ( 10,2%, 1,2% au niveau organique). «La division a défendu sa position malgré la vigueur continue du franc», relève le communiqué.

La division Global Trade, qui comptabilise les marchés asiatiques, d'Europe de l'Est et de certains pays sud-américains et de la péninsule arabique, a elle vu son chiffre d'affaires légèrement reculer, à 70,1 millions de francs (-0,7%, 0,7% en termes organiques). Le moteur économique des BRICS se grippe, constate Emmi.

Objectifs globalement rehaussés

Pour l'ensemble de l'année, Emmi estime pouvoir atteindre les objectifs fixés initialement pour la Suisse et l'Europe, mais pas dans la région Amériques, où la croissance organique visée (5-7%) «semble trop ambitieuse pour cette année».

Dans l'ensemble, l'entreprise prévoit une croissance de chiffre d'affaires de -1% à 1%, au lieu de 0% à 1% auparavant. Elle a augmenté légèrement son objectif en matière de revenus, avec un EBIT supérieur de 5 millions de francs par rapport aux prévisions précédentes, entre 185 et 195 millions.

A la Bourse suisse, les actionnaires plébiscitaient ces résultats. Le cours de l'action Emmi affichait un saut de 4,95% à 657,50 francs sur le coup de 10h45, dans un marché Swiss Performance Index (SPI) en hausse de 0,32%.

(ats)

Votre opinion