Publié

AlimentationEmmi se développe au Chili

La société basée au Chili du groupe laitier Emmi fusionne avec son concurrent Quillayes.

Emmi présente l'opération comme un «renforcement de sa présence à l'étranger, un des piliers de sa stratégie».

Emmi présente l'opération comme un «renforcement de sa présence à l'étranger, un des piliers de sa stratégie».

archive, Keystone

Le groupe laitier lucernois Emmi fusionne sa société au Chili, Surlat, avec son concurrent Quillayes. La nouvelle entreprise, Quillayes Surlat, devient le numéro quatre sur le marché du lait chilien et sera à 51,5% entre les mains de Kaiki, filiale espagnole du groupe suisse.

La rachat est encore soumis à l'accord des autorités locales, annonce vendredi Emmi. La société de Suisse centrale présente l'opération comme un «renforcement de sa présence à l'étranger, un des piliers de sa stratégie». Le groupe table sur une croissance sur les marchés en développement comme ceux en Amérique latine. Les détails financiers de l'opération n'ont pas été précisés.

En 2018, Quillayes a réalisé un chiffre d'affaires d'environ 70 millions de francs et Surlat de 100 millions. Le chiffre d'affaires dégagé par Emmi au Chili atteindra ainsi quelque 170 millions.

Production de yogourt, beurre et crème

Grâce à sa participation dans la société mexicaine Mexideli et à l'augmentation récente de sa participation dans la société brésilienne Laticínios Porto Alegre Indústria e Comércio, Emmi possède déjà des parts de marché importantes dans cette région, précise le communiqué.

Emmi est active dans Surlat au Chili par le biais de sa participation majoritaire dans Kaiku. Comme le groupe lucernois possède 73,5% des actions de cette dernière, sa part dans Quillayes Surlat se montera à 37,8%.

Basée à Votoria dans le Sud du Chili, Quillayes produit du fromage (frais, à pâte molle), du yogourt, du beurre et de la crème. Surlat de son côté est active dans le lait UHT et d'autres produits laitiers, notamment dans le domaine des produits sans lactose. «La fusion ouvre de nouveaux potentiels», affirme Urs Riedener, directeur général d'Emmi.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!