Publié

Sri LankaEmployée d'ambassade enlevée: enquête ouverte

Lundi, une femme travaillant pour l'ambassade de Suisse au Sri Lanka a été enlevée durant deux heures. La police enquête.

L'ambassade de Suisse au Sri Lanka.

L'ambassade de Suisse au Sri Lanka.

DFAE

Les autorités srilankaises ont ordonné une enquête sur la séquestration d'une employée locale de l'ambassade de Suisse à Colombo. Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) avait demandé une clarification rapide et complète de l'incident ainsi que des garanties pour la sécurité du personnel de l'ambassade.

La police a lancé une «enquête immédiate», a annoncé jeudi le Ministère des affaires étrangères du Sri Lanka, selon une dépêche de l'agence AFP.

Extorsion de données

Des médias locaux avaient rapporté que l'employée de l'ambassade de Suisse a été enlevée lundi dans la rue par des personnes dans une camionnette blanche et relâchée après deux heures. Ils auraient tenté de lui extorquer des données de téléphonie mobile de citoyens srilankais qui ont déposé récemment des demandes d'asile en Suisse.

Toujours selon les médias, l'incident est survenu le lendemain du dépôt d'une demande d'asile en Suisse d'un fonctionnaire de haut rang de la police srilankaise. Le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) n'a pas fait de commentaire à ce propos, renvoyant au principe de la protection de la personnalité.

Liens politiques

L'enlèvement pourrait avoir des liens vers les hautes sphères politiques du Sri Lanka. La semaine dernière, le nouveau président Gotayaba Rajapaksa et son frère aîné Mahinda ont consolidé leur pouvoir dans cette île de l'Océan indien.

La justice a suspendu l'enquête pour corruption menée contre le chef d'Etat âgé de 70 ans, au vu de sa nouvelle immunité acquise après sa récente élection. Peu après, Gotabaya Rajapaksa a nommé premier ministre son frère Mahinda, 74 ans et ancien président du Sri Lanka (2005-2015).

Le haut fonctionnaire de police qui aurait demandé l'asile aux autorités helvétiques aurait participé à des enquêtes portant sur des membres de la famille Rajapaksa. La police srilankaise a ordonné aux gardes-frontière de n'autoriser les fonctionnaires de police à quitter l'île que s'ils disposent d'une autorisation spéciale.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!