Chimie: EMS-Chemie confirme ses prévisions annuelles

Publié

ChimieEMS-Chemie confirme ses prévisions annuelles

Le chiffre d'affaires net a progressé sur neuf mois et la direction anticipe toujours une performance «légèrement» supérieure à 2016.

Le groupe dirigé par Magdalena Martullo-Blocher continue de tracer sa route.

Le groupe dirigé par Magdalena Martullo-Blocher continue de tracer sa route.

Le fabricant grison de polymères et de spécialités chimiques EMS-Chemie a enregistré sur les neuf premiers mois de l'année un chiffre d'affaires net en hausse de 6,7% par rapport à la même période de 2016, à 1,598 milliard de francs. Il a également confirmé ses prévisions.

Les effets de change ont pesé à hauteur de 0,4% sur les recettes, indique vendredi l'entreprise contrôlée par la famille de l'ancien conseiller fédéral Christoph Blocher. Comme attendu, la conjoncture mondiale a évolué tout en retenue, l'industrie automobile affichant même un net ralentissement au regard de la période correspondante de 2016.

Plus grand marché automobile mondial, la Chine a vu sa production de véhicules tout juste progresser, alors que celle des Etats-Unis a chuté. En Europe, l'évolution s'est révélée plus favorable, à la faveur d'une légère hausse. Reste qu'EMS a pu accroître ses ventes de manière supérieure à la moyenne.

Le groupe dirigé depuis Herrliberg (ZH), mais dont la principale usine est située à Domat/Ems, ajoute avoir tiré profit de la hausse des prix de matières premières consécutive à un approvisionnement insuffisant, du fait que celles-ci ont été répercutées aux clients finaux. Une partie de la diminution est due à l'ouragan Harvey qui a touché les capacités de stockage de l'industrie chimique américaine.

Légère croissance attendue

Par activité, la division des polymères haute performance a vu ses ventes progresser de 7,3% à 1,4 milliard de francs. Plus petite, l'unité des spécialités chimiques a dégagé un chiffre d'affaires de 205 millions de francs, en hausse de 2,6%.

Evoquant la suite de l'exercice, EMS continue de tabler sur une évolution favorable. Tant les ventes nettes que le résultat d'exploitation avant intérêts et impôts (EBIT) devraient «légèrement» dépasser les niveaux affichés l'an dernier.

(ats)

Ton opinion