Suisse – En 2022, près d’une prime maladie sur deux continuera d’augmenter
Publié

SuisseEn 2022, près d’une prime maladie sur deux continuera d’augmenter

La baisse moyenne annoncée par l’Office fédéral de la santé publique ne concernera pas tout le monde en Suisse. Un quart des assurés subiront même une hausse de plus de 2%.

Bonus.ch conseille, pour remédier à la hausse de sa prime maladie, de changer d’assureur ou de modèle d’assurance.

Bonus.ch conseille, pour remédier à la hausse de sa prime maladie, de changer d’assureur ou de modèle d’assurance.

Photo d’illustration/DR

Fin septembre, l’Office fédéral de la santé publique annonçait une baisse moyenne des primes maladie de 0,2%. Du jamais vu depuis 2008. Mais dans les faits, 40% des primes – soit près de 84’000 primes – continueront d’augmenter, explique le site bonus.ch dans un communiqué diffusé mardi. La hausse sera même parfois abrupte: 25% des primes augmenteront de plus de 2% et 10% bondiront de plus de 4%.

En cause: des disparités très importantes d’un assuré à l’autre. Selon le comparateur, les variations pour une même prime vont de -32% à +30% (par rapport à 2021) en fonction de la région, de l’âge ou encore du modèle d’assurance.

Selon le site comparatif, 37% des assurés verront leur prime baisser en 2022 et 23% ne connaîtront aucune baisse.

Selon le site comparatif, 37% des assurés verront leur prime baisser en 2022 et 23% ne connaîtront aucune baisse.

Bonus.ch

Dans le canton de Vaud, la prime 2022 la plus haute, pour un adulte sans couverture accident et avec une franchise de 300 francs, dépasse les 723 fr. 60 (Galenos, modèle traditionnel). La moins chère, selon le site comparatif? 413 fr. 70 (Assura, modèle d’assurance QualiMed Médecin de famille). À Genève, la différence entre la prime la plus haute (995 fr. 40, modèle traditionnel) et la plus basse (438 fr. 50, modèle réseau de soins) dépasse les 550 francs.

La bureaucratie fait gonfler les frais administratifs

Les dépenses administratives des caisses maladie sont en hausse depuis quelques années, rapporte mardi Comparis.ch. Entre 2016 et 2020, elles sont passées en moyenne de 163 à 184 francs par personne assurée (soit une hausse de 13%). «La bureaucratie réglementaire n’augmente pas seulement les dépenses administratives de l’OFSP, des médecins et des hôpitaux, pour ne citer que quelques exemples, mais aussi celles des assureurs maladie, y compris les plus efficaces d’entre eux», affirme Felix Schneuwly, expert Assurance maladie chez Comparis. comm/egr

(comm/egr)

Votre opinion

59 commentaires