Football - En Afrique, des soupçons d’abus au Covid-19
Publié

FootballEn Afrique, des soupçons d’abus au Covid-19

Le Bénin a refusé d’affronter la Sierra Leone la semaine dernière, à cause des résultats de tests Covid douteux effectués par le pays hôte. Ce n’est pas le premier épisode du genre en Afrique.

par
Sport-Center
AFP

Trois jours avant de se rendre en Sierra Leone pour un match de qualification en vue de la Coupe d’Afrique des Nations, l’équipe nationale du Bénin explique s’être fait tester contre le Covid-19. Verdict: 100% de résultats négatifs. Tout le monde pourra donc prendre part au match couperet qui doit emmener le Bénin à la CAN.

Arrivés sur place, les Béninois comprennent qu’une nouvelle série de tests les attendent. Mais organisés, cette fois-ci, par le pays hôte, la Sierra Leone. Et là, surprise! Moins d’une heure avant le coup d’envoi, six joueurs, non des moindres, apprennent qu’ils seraient positifs et qu’ils ne peuvent, par conséquent, pas participer à la rencontre. De rencontre, il n’y aura finalement pas, les visiteurs ayant refusé de quitter leur bus pour prendre le chemin du terrain.

Requête pour une équipe médicale neutre

Ce genre de scène devient tristement répandue en Afrique. À tel point que la Fédération de football kényan a demandé à la Confédération africaine (CAF) de nommer dès à présent une équipe médicale neutre pour chaque match continental. Logique. Si les abus constituent un problème, leur simple soupçon rend déjà la vie (et surtout la tenue des compétitions) invivable.

Le Kenya en veut notamment aux Comores et au Togo, deux pays où les «Stars» ont dû se rendre pour leur campagne de qualification à la Coupe d’Afrique des Nations. Par deux fois, les tests réalisés par le pays hôte auraient dévoilé plusieurs cas positifs. La première fois, les Kenyans ont insisté et pu faire jouer leurs éléments prétendument affectés. La seconde fois, ils ont accepté la sentence et tout de même battu le Togo.

«Ils ont choisi le noyau de l’équipe à mon avis. Je ne veux pas accuser le Togo de quoi que ce soit, mais nous avons trouvé cela étrange», s’est agacé le président de la Fédération kényane, Nick Mwendwa. «C’est le football africain, mais nous devons travailler en tant que continent sur une meilleure façon de le faire», a quant à lui déclaré le sélectionneur Jacob Mulee.

Votre opinion