Football - En Belgique, Dereck Kutesa a retrouvé la joie de jouer
Publié

FootballEn Belgique, Dereck Kutesa a retrouvé la joie de jouer

En manque de temps de jeu à Reims, l’attaquant genevois de 23 ans s’éclate en prêt à Zulte Waregem. Gros plan avant le déplacement à Anderlecht ce dimanche (16h).

par
Brice Cheneval
Dereck Kutesa (à droite) a trouvé en Belgique le temps de jeu et les responsabilités auxquels il aspirait.

Dereck Kutesa (à droite) a trouvé en Belgique le temps de jeu et les responsabilités auxquels il aspirait.

freshfocus

On ne peut pas dire que la stabilité soit une force du SV Zulte Waregem, cette saison. Le club du nord-ouest de la Belgique, mal classé en championnat (16e sur 18 équipes engagées), peine à trouver de la continuité dans ses résultats et ses compositions. L’entraîneur, Francky Dury, jongle avec les systèmes, les onze titulaires et le positionnement des joueurs, sans avoir encore trouvé l’assemblage idoine. «On cherche encore notre identité», résume Dereck Kutesa.

Au milieu de ce marasme, l’attaquant genevois de 23 ans constitue une des rares valeurs sûres. En 13 rencontres toutes compétitions confondues, dont 9 titularisations, il a montré une bonne partie de ses qualités basées sur le dribble, la percussion et la vitesse. Statistiquement, le premier bilan est intéressant: 3 buts, 3 passes décisives. Inconnu des observateurs belges jusqu’à cet été, il commence à se faire une petite réputation en Pro League.

Comme nombre de ses coéquipiers, Kutesa est certes trimballé à différents postes - d’ailier gauche à ailier droit, en passant par meneur, avant-centre et même latéral gauche ainsi que latéral droit à ses débuts - mais il apparaît constamment sur le terrain. «Sur le plan personnel, c’est top. Je n’avais pas pris autant de plaisir depuis mon passage à Saint-Gall (ndlr: en 2018-2019)», se réjouit-il.

«Je n’avais pas pris autant de plaisir depuis mon passage à Saint-Gall»

Dereck Kutesa, attaquant genevois de Zulte Waregem

Le plaisir, c’est ce que le Genevois est venu chercher à Zulte Waregem, où il est prêté par Reims jusqu’en fin de saison. En Champagne, l’ancien produit du Servette FC ne supportait plus son rôle de joker, malgré certaines promesses affichées. Et l’arrivée à l’intersaison d’un nouvel entraîneur, Oscar Garcia, n’était pas de nature à faire évoluer sa situation. «Durant la préparation estivale, le coach m’a dit que je ferai partie du groupe, que j’allais faire des entrées, mais qu’il ne pouvait pas me garantir une place de titulaire. Ça faisait deux ans que j’étais dans cette position. J’avais perdu le plaisir de jouer au foot, se lamente-t-il. Ce discours m’a poussé à vouloir partir.»

Intéressé de longue date, Zulte Waregem toque à la porte. Le premier accueil du joueur est mitigé: «Au début, honnêtement, je n’étais pas emballé à l’idée de venir car je ne connaissais pas plus que ça le club, ni le foot belge. Puis j’ai discuté avec l’entraîneur, le directeur sportif ainsi que d’autres joueurs et je me suis dit que dans ma position, ça ne servait à rien d’être exigeant. Finalement, je suis très content de ma décision.»

Environnement favorable

Le Suisse a découvert un environnement propice à son épanouissement. La Pro League, un championnat qu’il décrit «à l’anglaise» - «C’est très box-to-box, il y a beaucoup d'espace et les deuxième périodes partent souvent en attaque-défense», sied parfaitement à son profil. Et à Zulte Waregem, il jouit de la confiance totale de Francky Dury: «Je suis libre sur le terrain. L’entraîneur me demande de créer du danger. Par les courses, les appels en profondeur, la dernière passe, la prise de risques balle au pied…»

S’il est satisfait de ses performances, Dereck Kutesa en veut plus. «Je dois être un peu plus décisif, cible-t-il. J’ai eu la possibilité de marquer davantage, or je ne l'ai pas concrétisée. C’est le point que je dois travailler.»

Au Plat Pays, il rattrape un peu le temps perdu. Toutefois, les questions autour de son avenir se poseront à nouveau dans quelques mois. Reviendra-t-il à Reims? Restera-t-il en Belgique? Trouvera-t-il un autre projet? Le principal intéressé affirme ne pas connaître la réponse: «Le plan, je ne le connais pas. Dans le foot, on ne sait jamais ce qui peut se passer et tout peut aller très vite. Affaire à suivre!»

La priorité immédiate, c’est Zulte Waregem et la lutte contre la relégation. Le club de Flandre occidentale compte sur son attaquant suisse pour sauver sa peau en première division. Le déplacement à Anderlecht, ce dimanche après-midi (16h), représente une opportunité de plus de montrer que Kutesa est capable d'assumer cette responsabilité.

La Nati dans un coin de la tête

La bonne saison de Dereck Kutesa rappelle qu’il peut devenir, à terme, une option pour l’équipe nationale. D’autant que ses qualités en font un profil rare et recherché en Suisse. Alors que la Nati surfe sur une vague de jeunisme, avec l’émergence récente de Djibril Sow (24 ans), Ruben Vargas (23 ans) et Noah Okafor (21 ans), en attendant celle d’Andi Zeqiri (22 ans) ou Kastriot Imeri (21 ans), le Genevois peut-il en profiter? «J’ai envie d’aller en équipe de Suisse, c’est clair, tonne-t-il. Si le sélectionneur m'appelle, je répondrai présent et sinon, je vais continuer à travailler.»

Du temps de Vladimir Petkovic, son staff entretenait des contacts avec l’ancien servettien. Ce n’est plus le cas depuis l’arrivée de Murat Yakin. Mais le technicien bâlois n’ignore certainement pas les progrès réalisés par Kutesa. De là à lui offrir sa chance prochainement? Ce ne sera probablement pas pour tout de suite mais l’idée n’est pas saugrenue.

Votre opinion