Actualisé 15.10.2020 à 19:15

GenèveEn colère, les fonctionnaires descendent dans la rue

En tête du défilé, le secteur de la santé particulièrement remonté contre «le manque de reconnaissance de l’Etat et des élus politiques» après son implication dans la crise sanitaire.

A Genève, près de 6000 personnes ont manifesté jeudi à l’appel du Cartel intersyndical du personnel de l’Etat et du secteur subventionné. Les fonctionnaires protestent contre des mesures du Conseil d’Etat qui péjorent leur salaire.

Parti de la Place Neuve, le cortège a rapidement grossi au fil du parcours qui l’a mené jusqu’à la Promenade Saint-Antoine par le centre-ville. Selon la police genevoise, les manifestants étaient près de 6000 à l’arrivée.

En tête du défilé, le secteur de la santé particulièrement remonté contre «le manque de reconnaissance de l’Etat et des élus politiques» après son implication dans la crise sanitaire. «Le coup de grâce a été la baisse de salaire voulue par le Conseil d’Etat», a déclaré Sonia, qui travaille dans les soins.

Des économies

«Le blues des blouses blanches en colère noire» ou encore «Arrêtez de presser, il n’y a plus de jus!» pouvait-on lire sur les pancartes. Des représentants de tous les secteurs étaient présents avec une importante représentation du social qui estime avoir beaucoup donné pendant la crise.

L’exécutif a présenté en lien avec le projet de budget de l’Etat 2021 des mesures qui comprennent une baisse linéaire de 1% des salaires de tous les collaborateurs de l’Etat. En rabotant les salaires, l’exécutif compte économiser 30,3 millions en 2021. Cette baisse se déploierait sur quatre ans.

1 / 3
La fonction publique genevoise manifestent lors d’une greve le jeudi 15 octobre 2020 a Geneve. Le Cartel intersyndical du personnel de l’Etat de Geneve et du secteur subventionne, demande au Conseil d’Etat genevois de retirer son projet de baisse de salaire des fonctionnaires en 2021, en pleine crise du Coronavirus (Covid-19). (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

La fonction publique genevoise manifestent lors d’une greve le jeudi 15 octobre 2020 a Geneve. Le Cartel intersyndical du personnel de l’Etat de Geneve et du secteur subventionne, demande au Conseil d’Etat genevois de retirer son projet de baisse de salaire des fonctionnaires en 2021, en pleine crise du Coronavirus (Covid-19). (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

KEYSTONE
Les fonctionnaires genevois sont descendus jeudi dans la rue pour protester contre des mesures d'économie qui affecteraient directement leur rémunération.

Les fonctionnaires genevois sont descendus jeudi dans la rue pour protester contre des mesures d'économie qui affecteraient directement leur rémunération.

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Les fonctionnaires genevois se sont rassemblés jeudi sur la Place Neuve pour manifester contre la baisse de salaire de 1% voulue par le Conseil d’Etat.

Les fonctionnaires genevois se sont rassemblés jeudi sur la Place Neuve pour manifester contre la baisse de salaire de 1% voulue par le Conseil d’Etat.

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Le Conseil d’Etat justifie cette mesure comme un effort de solidarité de la fonction publique avec le privé touché de plein fouet par la crise. Un argument qui exaspère particulièrement les manifestants: «Nous faisons des efforts depuis des années, il est temps que cela change», a asséné une collaboratrice.

Selon le Cartel, les «cadeaux fiscaux» accordés aux entreprises et aux plus riches sont à l’origine de ces mesures d’économie. Dans sa cible: la réforme sur l’imposition des entreprises (RFFA) qui entraîne des centaines de millions de manque à gagner dans les caisses de l’Etat.

A l’unanimité

La manifestation visait aussi à contrer la suspension projetée de l’annuité des fonctionnaires en 2021 et 2023 ainsi que la non-indexation des salaires durant quatre ans. Le Conseil d’Etat veut aussi toucher à la répartition entre l’employeur et les employés à la caisse de pension qui passerait de deux tiers-un tiers à 58%-42%.

Le Cartel intersyndical demande au Conseil d’Etat de retirer ses projets de loi de baisse des rémunérations qui sont en discussion au Grand Conseil. Cette première mobilisation qui ponctuait un débrayage sera suivie d’une journée de grève le jeudi 29 octobre. Une résolution en ce sens a été votée à l’unanimité à la fin de la manifestation par l’assemblée du Cartel.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
123 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Pathétique

16.10.2020 à 13:17

100 sur dé mais sage

Brick in the wall

16.10.2020 à 13:07

La crise Covid accélère sous nos yeux une intensification des tensions horizontales au sein de la société : entre classes sociales/corps de métier, génerationnel entre jeunes subitement perçus comme égoïstes car ils aspirent à vivre leur jeunesse et les seniors effrayés, entre étrangers et citoyens de souche terrorisés à l’idée de perdre leur emploi. À qui profite le crime? Cette crise COVID devrait au contraire fédérer l’ensemble de la population en orientant sa colère de manière verticale à l’encontre des lobbyistes oligarchiques ayant confisqué nos états de droit et généré un chaos social dont on ne maîtrise plus les aboutissants. Il est temps de se réveiller et de ne plus se tromper de cible: Big Pharma, l’OMS et leurs sous fifres politiques par procuration doivent rendre des comptes et dans les plus brefs délais avant d’atteindre un chaos horizontal généralisé.

Martine

16.10.2020 à 10:28

23 fr. de l'heure.