France: en covoiturage, la conductrice n’allait pas au même Thénac

Publié

FranceEn covoiturage, la conductrice n’allait pas au même Thénac

Une étudiante a été larguée en pleine campagne après s’être rendu compte que la femme qui la conduisait l’amenait à 180 km de là où elle voulait aller

par
Michel Pralong
Ce Thénac en Dordogne n’est pas celui que voulait rejoindre l’étudiante. Le sien est en Charente-Maritime.

Ce Thénac en Dordogne n’est pas celui que voulait rejoindre l’étudiante. Le sien est en Charente-Maritime.

Google Maps

Pour se déplacer en France pendant les fêtes, notamment en raison de la grève de la SNCF, l’une des solutions pratiques est le covoiturage. C’est ce qu’a décidé de faire vendredi 23 décembre une étudiante de 22 ans habitant Annecy. Elle s’est inscrite sur un site de covoiturage, précisant qu’elle se rendait à Thénac, en Charente-Maritime, à 700 km de là. Elle allait y retrouver sa famille pour passer le réveillon.

Une conductrice, notée 4,9 sur 5 sur le site, l’a prise en charge pour 90 euros. D’autres passagers payants étaient du voyage, dont l’un semblait ivre, a raconté l’étudiante à France Bleu. Ce n’est pas le seul problème de ce voyage qui s’est vite transformé en enfer. La conductrice se trompe plusieurs fois de route, roule trop vite, se fait flasher. Les autres passagers tentent en outre de la soudoyer pour qu’elle passe par Libourne, qui se trouve au sud du Thénac que l’étudiante comptait rejoindre. La conductrice les insulte, mais l’étudiante est sans doute trompée par cette demande de changement de destination, car elle ne voit pas tout de suite qu’on ne prend pas du tout la bonne direction.

Ce n’est que lorsqu’elle se rend compte qu’ils sont en dessous de Bergerac, qu’elle comprend qu’il y a un gros problème. Et voit alors que le Thénac entré dans le GPS de la voiture est un autre village du même nom, situé en Dordogne, à 180 km de la destination souhaitée. Quand elle le signale à la conductrice, celle-ci rétorque que sa destination est une retraite bouddhiste, proche du Thénac plus au sud, un point c’est tout.

L’étudiante se rendait depuis Annecy au Thénac le plus au nord, mais c’est vers celui plus au sud que se dirigeait la conductrice.

L’étudiante se rendait depuis Annecy au Thénac le plus au nord, mais c’est vers celui plus au sud que se dirigeait la conductrice.

Google Maps

L’étudiante demande à descendre et se retrouve de nuit en pleine campagne. Elle parvient à appeler un taxi qui met deux heures à arriver. Elle est trop loin pour rejoindre sa destination donc prend un hôtel à Bergerac avant de trouver un train le lendemain qui, pour cause de grève, n’arrivera au bon Thénac qu’à 15 heures, alors que la famille l’attendait près de 24 heures avant.

Son voyage lui aura finalement coûté 240 euros. La conductrice a refusé de lui rembourser ses 90 euros, mais l’étudiante a demandé des dédommagements au site de covoiturage et a signalé la femme sur le site.

Ton opinion

17 commentaires