Publié

FranceEn fugue, l'ourse «Viviane» sème la pagaille

Assistés d'un hélicoptère, une vingtaine de gendarmes et deux vétérinaires armés de seringues pour endormir l'animal le recherchent activement dans la région de Gruissan.

par
lematin.ch avec les agences
La fugueuse «Viviane» est une ourse du Tibet comme celle-ci.

La fugueuse «Viviane» est une ourse du Tibet comme celle-ci.

DR

Gendarmes et vétérinaires continuaient lundi matin à rechercher «Viviane», une ourse qui s'est échappée ce week-end de la réserve animalière de Sigean, dans la région de Narbonne (sud de la France). Une traque qui sème la pagaille dans cette région très touristique où sont implantés de nombreux campings. Il faut dire que «Viviane», née en 1982, pèse aujourd'hui 130 kilos et est donc assez impressionnante.

Comment a-t-elle pu s'échapper? Pour l'heure, les autorités n'ont aucune certitude. Toutefois, le président de la réserve, Jean-Jacques Boisard, estime que «Viviane» a pu passer sous la clôture: «Nous avons constaté samedi qu'une des grilles protégeant le soubassement de la clôture était soulevée et nous l'avons réparée dans la demi-heure, mais peut-être est-elle passée là pendant ce laps de temps», explique-t-il. Il a ajouté que, pour empêcher d'éventuelles autres cavales, des travaux ont été entrepris lundi pour doubler la clôture du parc à ours (10 hectares sur 300 au total).

Dimanche vers 13 h, l'animal avait été signalé par des passants qui se promenaient près de l'étang de Bages, non loin de la réserve. «Ils nous ont envoyé une photo prise au smartphone d'une masse sombre pouvant être l'ourse», rapporte M. Boisard. Qui ajoute que l'ursidé aurait aussi été vu vers 15 h par un kite-surfeur et des promeneurs près de Gruissan, une quinzaine de kilomètres plus loin.

Aidés d'un chien pisteur, une vingtaine de gendarmes, une quinzaine de membres du personnel de la réserve et ses deux vétérinaires armés de seringues hypodermiques pour endormir l'animal sont à la recherche de l'ourse, assistés par un hélicoptère.

La femelle recherchée fait partie d'un groupe d'ours du Tibet que la réserve accueille depuis 1974. Ces ours noirs se distinguent par un dessin de poils blancs en forme de V sur la poitrine.

L'ourse fugueuse est née à Sigean. Elle a eu plusieurs portées mais n'a plus eu d'ourson depuis 2008. Selon Jean-jacques Boisard, «il est possible qu'elle ait refusé les avances des mâles actuellement en rut et ait voulu s'éloigner». Il poursuit: «Ces ours sont tranquilles et relativement petits et il n'y a aucune raison qu'ils s'en prennent à l'homme».

Les consignes de prudence de la préfecture en cas de rencontre avec ces plantigrades sont de ne pas se mettre à courir, ne pas les regarder dans les yeux mais de s'éloigner tranquillement. Il est exclu de leur tirer dessus car si l'animal était blessé, il pourrait devenir beaucoup plus agressif et dangereux, note la préfecture, et il faut absolument tenir son chien. Il ne faut pas bloquer l'ours et s'assurer qu'on lui laisse une possibilité de partir. Enfin, il ne faut pas tenter de les nourrir et il est recommandé d'éviter de laisser les poubelles dehors car la nourriture pourrait attirer l'ourse.

Ton opinion