Tennis – En larmes, Berrettini abandonne devant son public
Actualisé

TennisEn larmes, Berrettini abandonne devant son public

Touché aux abdominaux, Matteo Berrettini a dû quitter le Pala Alpitour après seulement un set contre Zverev. Le reverra-t-on cette semaine?

par
Mathieu Aeschmann
Matteo Berrettini a été contraint de mettre fin prématurément à son Masters «à domicile».

Matteo Berrettini a été contraint de mettre fin prématurément à son Masters «à domicile».

AFP

Stupeur à Turin. Touché aux abdominaux au début de la seconde manche de son baptême au Masters, Matteo Berrettini a été contraint d’abandonner dimanche soir face à «Sascha» Zverev (6-7, 0-1). C’est en larmes que le N°7 mondial a donc quitté le public du Pala Alpitour, sans doute conscient que son Masters à domicile était probablement déjà terminé.

Que venait-il de se passer? La pression était légèrement retombée après une première manche de 80 minutes, remportée au tie-break par Alexander Zverev (ATP 3). Matteo Berrettini servait pour égaliser à un partout lorsqu’il empoigna la région sous-costale après une première balle. Qu’avait-il ressenti? Une déchirure, un blocage?

Appelé sur le court, le physio de l’ATP aurait peut-être pu faire quelque chose s’il s’agissait de la seconde hypothèse. Or ses quelques manipulations furent vaines. Après un seul point joué au ralenti, Matteo Berrettini s’en allait serrer la main de l’Allemand, en larmes de voir son rêve de Masters brisé devant une salle entièrement acquise à sa cause.

Une consolation nommée Sinner

Il faut dire qu’avant ce coup du sort, le Transalpin avait presque tout fait juste pour chauffer le public turinois. Malmené par la régularité de Zverev, il s’était accroché (4 balles de break sauvées) à grand renfort de coups droits lasers. Dominé mais toujours menaçant, «Matteo» s’était ainsi faufilé jusque dans l’emballage final de cette manche initiale, obtenant deux balles de set et oubliant de «challenger» une première balle trop longue de l’Allemand sur la première.

Que se serait-il passé s’il l’avait fait? Aurait-il chipé ce premier set auquel il s’était accroché avec passion? Y aurait-il gagné le relâchement qui permet d’éviter les blessures musculaires? Ces questions n’ont aucun sens à cet instant. Et si Matteo Berrettini doit abandonner ce Masters turinois, mieux vaut qu’il n’y repense pas trop. «Une chose est certaine, je ne pouvais plus continuer. J’ai ressenti une vive douleur dans la zone de ma blessure survenue plus tôt cette saison. J’ai eu peur, confessait l’Italien un peu avant minuit devant la presse. Mais je vais faire tous les examens possibles lundi et, peut-être, ai-je une chance d’être sur le court mardi.»

Une perspective qui ne consolait pas du tout le finaliste de Wimbledon. «L’ambiance dans la salle était vraiment incroyable au premier set, cela rend la situation encore plus difficile à encaisser. Je voulais profiter du moment et il m’arrive la pire chose possible. Cela me tue. Il s’agit de mon pire moment sur un court de tennis.» S’il venait à ne plus revoir Berrettini cette semaine, le public piémontais aura, lui, l’occasion de s’offrir une belle consolation nommée Jannik Sinner. C’est en effet l’enfant de San Candido, 10e mondial, qui entrerait en lice mardi en sa qualité de premier remplaçant.

Votre opinion