Élection présidentielle - En Mongolie, la présidentielle revendiquée par le parti au pouvoir
Publié

Élection présidentielleEn Mongolie, la présidentielle revendiquée par le parti au pouvoir

Le Parti populaire mongol (centre-gauche) a proclamé jeudi avoir remporté avec près de 70% des suffrages l’élection présidentielle en Mongolie.

Khurelsukh Ukhnaa, à Oulan-Bator, le 21 janvier 2021.

Khurelsukh Ukhnaa, à Oulan-Bator, le 21 janvier 2021.

AFP

Le Parti populaire mongol (PPM, centre-gauche), qui contrôle déjà le parlement, a revendiqué jeudi une large victoire à l’élection présidentielle en Mongolie, au terme d’un scrutin marqué par les mesures anti-Covid et l’abstention.

L’ancien Premier ministre Khurelsukh Ukhnaa s’est proclamé vainqueur de l’élection avec près de 70% des suffrages, cinq mois après avoir dû quitter la tête du gouvernement à la suite d’un scandale lié aux strictes mesures anti-épidémiques prises dans ce pays enclavé entre la Chine et la Russie.

Renforcé par l’efficacité de ces mesures, son parti avait déjà très largement remporté les élections législatives il y a un an aux dépens du Parti démocrate (libéral-conservateur) du président sortant, Khaltmaa Battulga. Ce dernier, un ancien champion du monde de sambo, un art martial mongol, n’avait pas eu le droit de se représenter en raison d’amendements à la Constitution adoptés en 2019, qui limitent la présidence à un seul mandat de six ans.

59% de participation

Le principal rival du vainqueur, le candidat écologiste Enkhbat Dangaasuren, n’a recueilli qu’environ 20% des voix. Cet entrepreneur de l’économie numérique misait sur le soutien de la jeunesse dans un pays en proie à la pollution atmosphérique et à la désertification.

La campagne du candidat vert a toutefois été compromise dans la dernière ligne droite par le virus qu’il a contracté, l’obligeant à observer une quarantaine et à annuler le débat télévisé qui devait avoir lieu une semaine avant le scrutin.

Seuls 59% des quelque 2 millions d’électeurs se sont rendus aux urnes mercredi, un score historiquement bas dans ce pays qui a adopté sa première constitution démocratique en 1992, à sa sortie de l’orbite soviétique. Les incessantes rivalités entre les partis et les mesures anti-Covid ont dissuadé beaucoup d’électeurs d’accomplir leur devoir de citoyen, a observé le politologue Gerelt-Od, de l’Université nationale d’éducation.

Regain du virus

Le PPM, fondé par d’anciens communistes, n’avait plus remporté d’élection présidentielle depuis 12 ans. Khurelsukh Ukhnaa avait dû démissionner en janvier de son poste de Premier ministre, prenant la responsabilité d’un dysfonctionnement du système de santé en pleine épidémie.

Des manifestants étaient descendus dans la rue pour protester contre le sort réservé à une jeune mère qui venait d’accoucher et avait été transportée vers un centre de traitement des maladies infectieuses avec son nouveau-né, malgré un froid polaire.

Après avoir été largement endigué, le virus connaît un regain ces dernières semaines et la Mongolie totalise désormais quelque 300 décès. La vaccination progresse pourtant rapidement, 90% de la population adulte ayant déjà reçu une dose et 60% deux doses.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires