Gothard: En panne, ils mettent en cause la qualité de l'essence
Actualisé

GothardEn panne, ils mettent en cause la qualité de l'essence

Pour être resté bloqué en voiture au milieu du tunnel du Gothard, début 2017, un couple met le blâme sur une station-service.

par
ofu
Tunnel du Gothard (photo d'illustration)

Tunnel du Gothard (photo d'illustration)

Keystone

C'est la hantise de chaque automobiliste: tomber en panne au beau milieu d'un tunnel. Le 14 janvier 2017, un couple tessinois s'est retrouvé dans pareille situation.

Les amoureux étaient en route pour Kloten (ZH) pour prendre un avion en direction de la Laponie. Or au moment de traverser le Gothard, ils sont tombés en panne. «J'ai appelé la dépanneuse en larmes», explique mardi à Tio.ch/20 minuti la jeune femme de 30 ans, domiciliée à Lugano. «C'était horrible.»

Par chance, la voiture a pu être évacuée rapidement et le couple a pu rejoindre l'aéroport de Zurich à temps pour attraper son vol. Mais cela fait maintenant deux ans que la Tessinoise tente de se faire rembourser les frais occasionnés par la station-service où elle avait fait le plein avant de partir.

«Nos carburants respectent les standards en vigueur»

«Le moteur s'est arrêté à cause de la mauvaise qualité du carburant», affirme la trentenaire. Et tant le garagiste ayant réparé son auto que le concessionnaire sont du même avis qu'elle. Selon eux, le réservoir s'est rempli d'eau parce qu'il manquait de l'antigel dans la benzine du fait de la différence de température à l'intérieur et à l'extérieur du tunnel.

La station-service en question, située à Cannobio et appartenant à la chaîne Coop Mineraloel, n'est pas de cet avis. Elle refuse de verser un dédommagement au couple et dit être prête à se battre jusqu'au Tribunal fédéral. «Nos carburants respectent tous les standards en vigueur en Suisse», assure la porte-parole Sabine Schenker.

Aucun accord trouvé

Le litige a été porté en novembre dernier jusque devant la justice de paix. Mais celle-ci n'est pas parvenue à trouver un accord entre le couple et la station-service. Chacune des parties continue à camper sur ses positions. Le juge a néanmoins fait remarquer qu'il manquait une preuve tangible, comme par exemple une analyse effectuée en laboratoire, remettant formellement en cause la qualité de l'essence.

Dans tous les cas, le couple ne compte pas baisser les bras. Selon lui, d'autres personnes auraient rencontré des problèmes similaires. Il a d'ores et déjà lancé un appel dans l'espoir de former un groupe pour se battre contre Coop Mineraloel. Jusqu'en dernière instance s'il le faut.

Votre opinion