Football: En plein cauchemar, Gladbach et ses Suisses ont besoin d’un miracle
Publié

FootballEn plein cauchemar, Gladbach et ses Suisses ont besoin d’un miracle

Battus par City au match aller (0-2), en chute libre depuis un mois, les Allemands s’attaquent à une mission impossible, mardi en Ligue des champions.

par
Simon Meier
Breel Embolo est à terre, à l’image de toute son équipe. Les Fohlen seront-ils en mesure de se relever?

Breel Embolo est à terre, à l’image de toute son équipe. Les Fohlen seront-ils en mesure de se relever?

freshfocus

En temps normal déjà, la mission proposée au Borussia Mönchengladbach, ce mardi soir en 8e de finale retour de la Ligue des champions, aurait semblé impossible. Même si les notions de domicile et extérieur ne tiennent guère (les deux matches auront eu lieu à Budapest), comment remonter deux buts face au monstre Manchester City? Une question d’autant plus épineuse pour les Allemands et leur légion suisse (Yann Sommer, Nico Elvedi, Denis Zakaria, Breel Embolo et Michael Lang) qu’ils se trouvent en pleine traversée du désert. Oui, comment renverser ce 0-2 du 24 février, face à l’une des meilleures équipes au monde, alors que Gladbach est au fond du bac?

Sept défaites et un nul: tel est le terrible bilan des huit derniers matches disputés par les Fohlen (six en Bundesliga, un en Ligue des champions et un en Coupe perdu 0-1 contre Dortmund). Sur les cinq revers subis en championnat, trois ont été concédés devant des équipes luttant contre la relégation (Cologne, Mayence et Augsbourg, le week-end dernier). Dernier point arraché? Le 14 février, contre Wolfsburg (0-0). C’était un samedi et le lundi suivant, le club se voyait contraint par les rumeurs à officialiser le départ de l’entraîneur Marco Rose en juin prochain à Dortmund.

Le départ de Rose, un choc

Cette annonce avait semé un important émoi auprès des supporters, qui détestent cordialement les Jaune et Noir du BVB. L’onde de choc n’avait pas été petite non plus à l’interne: le club venait de perdre l’homme du renouveau, celui avec qui l’avenir devait être radieux. Et à voir la courbe des résultats, on ne peut pas dire que le vestiaire ait extrêmement bien réagi à la nouvelle donne.

Du jour au lendemain, le Borussia Mönchengladbach, adresse familiale et politiquement stable, s’est transformé en club à problèmes. Et quand les gazettes se sont mises à prêter à Marco Rose l’intention d’emmener avec lui Marcus Thuram et Florian Neuhaus à Dortmund cet été, ça n’a pas calmé les choses. Ambiance pesante, ressorts cassés. Dixième de Bundesliga à onze points de la quatrième place, Mönchengladbach s’avance vers une sombre fin de saison. A moins d’un miracle, ce mardi soir contre Manchester City? C’en serait un gros.

Votre opinion