Publié

CoronavirusFête clandestine à Paris: le mirage d’un monde sans Covid

Quelque 300 personnes se sont réunies à Paris samedi soir pour une soirée baptisée «I want to break free», malgré le confinement.

Au milieu d’un quartier du sud-est de Paris, un portail laissé entrouvert. Derrière, dans les entrailles d’une ancienne voie ferrée, une fête immense, illégale et risquée offre à 300 jeunes le mirage d’un monde sans pandémie de Covid-19. Le temps d’une nuit.

L’adresse a été communiquée par mail au dernier moment et les consignes sont strictes: arriver en toute discrétion, seul ou par très petits groupes, entre 20 h 00 et 21 h 00, avec son billet réservé. Les 300 sésames pour cette soirée baptisée «I want to break free» se sont vendus 15 euros via une plate-forme sur Internet. Les places sont parties en quelques heures.

«Fermez la porte», murmure un cerbère tapi dans le noir. Il faut ensuite avancer longtemps en longeant les rails, à la seule lumière de son téléphone portable, pour déboucher sur une vision spectaculaire. Une cathédrale de béton, haute de 20 mètres, recouverte de guirlandes lumineuses, de néons, de dessins psychédéliques projetés au plafond et vibrant au son de puissantes enceintes. Il y a aussi un coin bar, un dancefloor, une scène pour les DJ.

«Entrer en résistance»

Tandis que la musique techno diffracte l’air dense du tunnel, des centaines de personnes en transe piétinent le sol poussiéreux ou discutent, boivent ou flirtent dans les coins.

«On a décidé d’entrer en résistance et de lancer cet appel à se cacher ensemble pour faire la fête, car les jeunes n’ont plus aucun espace pour exister ensemble. Ils vivent dans un manque terrible. On essaye de continuer à leur apporter cela, malgré les risques», explique à l’AFP l’organisateur de 27 ans, Alexandre (prénom modifié).

«On a ce savoir-faire maintenant. On peut, en moins de deux heures, s’installer n’importe où et monter une soirée très discrète comme celle-là», raconte ce fondateur du jeune collectif spécialisé dans les soirées clandestines et l'«urbex» (exploration des friches industrielles et autres lieux abandonnés).

Son collectif fonctionne via un groupe Facebook fermé, qui marche par cooptation. Loin des milieux des «free parties», adeptes des squats et des idéologies libertaires ou des milieux festifs LGBT, cette communauté, la seule à maintenir des fêtes de cette ampleur en plein confinement, rassemble un public parisien hétéroclite.

Tandis que la musique techno diffracte l’air dense du tunnel, des centaines de personnes en transe piétinent le sol poussiéreux ou discutent, boivent ou flirtent dans les coins.

Tandis que la musique techno diffracte l’air dense du tunnel, des centaines de personnes en transe piétinent le sol poussiéreux ou discutent, boivent ou flirtent dans les coins.

AFP

Ce samedi soir, il y a aussi bien des quadragénaires d’apparence rangée que des étudiants, des «modeux», des militants de gauche ou des milieux LGBT et quelques jeunes de banlieue.

«Tout oublier»

Assis avec sa petite amie américaine sur les rails qui vibrent sous la puissance des enceintes, Ivan, 23 ans, développeur, regarde la piste se remplir peu à peu de fêtards, majoritairement sans masque de protection.

«À titre personnel, je suis en CDI [emploi avec un contrat à durée indéterminée, ndlr]. C’est mon premier boulot et je travaille beaucoup. J’ai vraiment besoin de décompresser. Avec le confinement, il y a un déséquilibre dans ma vie. Je ne suis pas sorti de mon appartement depuis un mois. Cette fête, c’est une question de santé mentale pour moi», dit-il. «Là, je ressens de l’euphorie pure. C’est le seul moment qui permet de tout oublier, d’arrêter de vivre au fil des chiffres des morts et des entrées en réanimation».

L’état d’urgence sanitaire interdisant tout rassemblement public, d’autant plus à des fins commerciales, les organisateurs encourent 15’000 d’amende et un an de prison, pour «mise en danger de la vie d’autrui».

Le week-end précédent, une fête payante ayant réuni 300 personnes dans une maison avec piscine à Joinville-le-Pont, près de Paris, a dégénéré, se soldant par deux mises en examen. Cette fois-ci, la police n’est pas intervenue et la fête s’est poursuivie en toute impunité jusqu’à l’aube.

«Généralement, la police intervient contre les fêtes clandestines, lorsqu’elle est requise par les voisins, notamment pour du tapage [nocturne, ndlr]. Il n’y a pas eu d’intervention à cette adresse», a déclaré dimanche matin à l’AFP une source policière.

(AFP/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!