Actualisé 21.05.2020 à 11:13

Jura bernoisEn pleine crise, le zoo se démène et sauve 200 perroquets

Alors qu'il est fermé et privé de revenus pour cause de pandémie, le Sikypark de Crémines a construit à la hâte une volière pour des oiseaux négligés.

von
lematin.ch
Les volatiles récupérés par le SikyPark de Crémines (BE) sortent de l'enfer.

Les volatiles récupérés par le SikyPark de Crémines (BE) sortent de l'enfer.

SikyPark

Le sauvetage remonte à trois semaines. Directeur depuis deux ans du Sikypark de Crémines (BE), Marc Zihlmann n'avait jamais vu une telle négligence dans une volière, en 21 ans d'activité. «L'hygiène est catastrophique! Je peux regarder partout: c'est dégueulasse...», dit-il dans une vidéo postée sur Youtube.

Les perroquets étaient assoiffés et affamés, mais pas seulement: des parasites et des rongeurs complétaient le tableau. En pleine pandémie, alors qu'il est fermé et privé de revenu, le Sikypark de Crémines a construit une volière pour 149 oiseaux négligés. Depuis qu'ils sont soignés, les volatiles se portent bien.

Besoin de maison

Le Sikyapark se définit comme un EMS, «l'endroit où les animaux ont besoin d'une maison». Jusqu'à présent, ce parc de sauvetage animalier a été financé par les visiteurs, mais avec la fermeture ordonnée le 14 mars dernier, le Sikypark a un besoin urgent d'un soutien financier. Ce qui ne l'a pas empêché de voler au secours des perroquets.

En deux ans, plus de 500 animaux ont été sauvés à Crémines (BE). Sa première vocation, ce sont les fauves âgés, dont ceux d'un parc de Subingen (SO). En parallèle, le Sikypark s'occupe d'animaux sauvages blessés et d'animaux confisqués par un office vétérinaire.

L'équipe de sauvetage voyage principalement en Suisse. Il y a trois semaines, elle a participé à l’évacuation d’une station avicole qualifiée de «désolante» par Marc Zihlmann.

Avec un vétérinaire

Le directeur tient le lieu de l'intervention confidentiel. En collaboration avec un vétérinaire, son équipe a réuni plus de 200 animaux, dont 149 apportés à la station de soin du Sikypark.

L'état des animaux était précaire. Les perroquets étaient malades, en manque de soins et sous-nourris. «Une catastrophe. De toute ma carrière, je n'ai jamais vu une chose pareille», répète Marc Zihlmann, stupéfait.

Soins intensifs

En un rien de temps, les animaux ont été soignés en soins intensifs. Le Sikypark devrait pouvoir rouvrir ses portes le 8 juin prochain, conformément aux règles sanitaires. Les dommages financiers liés aux trois mois de fermeture restent conséquents, le printemps représentant en temps normal la haute saison pour le zoo et les recettes auraient ainsi financé une grande partie des actions de sauvetage.

«Nous continuons bien sûr à soigner nos animaux et nous ne pouvons, ni ne voulons pas négliger les actions de sauvetage», souligne le directeur du zoo. Malgré des mesures drastiques pour économiser et le chômage partiel, les coûts mensuels s’élèvent à environ 150 000 francs. La totalité des pertes de rendement s’élèvent à 750 000 francs.

L'avenir du Sikypark passe par des bienfaiteurs et des visiteurs qui font des dons et des parrainages, achètent des abonnements annuels ou adhèrent à l’association de soutien. «Une aide d'urgence est désormais nécessaire», implore Marc Zihlmann.

Vincent Donzé

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!