03.12.2016 à 22:00

En pleine forme, la Health Valley romande sonne pourtant l’alarme

Pharma

AC Immune, sise à Lausanne, ou GenNeuro, à Genève, sont entrées cette année en Bourse au Nasdaq et à Paris. Aucune n’a choisi la Suisse, où les investisseurs restent très frileux.

par
Elisabeth Eckert
Pierre Maudet et Philippe Leuba, les deux ministres de l’Economie genevois et vaudois, testent leurs allergies grâce à l’invention d’Abionic (VD).

Pierre Maudet et Philippe Leuba, les deux ministres de l’Economie genevois et vaudois, testent leurs allergies grâce à l’invention d’Abionic (VD).

Maxime Schmid

Elles étaient une bonne trentaine jeudi au Palais fédéral. Des start-up et les PME actives dans les sciences de la vie sont venues porter un message simple à la centaine de personnes présentes à Berne, dont le président de la Confédération et ministre de l’Economie, Johann Schneider-Ammann: «La Health Valley existe, mais donnez-nous les bonnes conditions-cadres, pour que nous puissions nous développer en Suisse et que nous y restions.» Car, oui, c’est là l’un des derniers grands paradoxes de l’économie suisse. Selon l’IMD, la Haute Ecole de management de Lausanne, la Suisse reste le numéro un de la formation professionnelle. Elle devance le Danemark, la Belgique, la Suède ou les Pays-Bas. Notre pays est aussi un champion reconnu dans l’industrie des sciences de la vie. Mais, faute d’investisseurs, de nombreuses entreprises devront quitter le territoire pour assurer leur croissance.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!