Genève: En prison 6 mois, pour la mort d'un cycliste

Publié

GenèveEn prison 6 mois, pour la mort d'un cycliste

Le chauffard alcoolisé avait percuté un jeune homme de 23 ans, en septembre 2015, au Petit-Lancy.

par
Léonard Boissonnas
Un cycliste de 23 ans avait perdu la vie en septembre 2015, percuté par un chauffard alcoolisé, au Petit-Lancy (GE). (Image d'illustration)

Un cycliste de 23 ans avait perdu la vie en septembre 2015, percuté par un chauffard alcoolisé, au Petit-Lancy (GE). (Image d'illustration)

iStock

Un chauffard a écopé hier d'une peine de 3 ans de prison, dont 6 mois ferme, pour avoir causé un accident mortel sur une route genevoise alors qu'il était pris de boisson, il y a plus de deux ans et demi. Un cycliste de 23 ans avait perdu la vie.

C'était un samedi de septembre 2015 à l'aube. Trois amis rentraient de soirée à vélo sur la route du Pont-Butin, lorsque à la hauteur du passage des Bossons, au Petit-Lancy, un véhicule circulant à vive allure a percuté l'un d'eux avec son avant droit. Projeté à près de 45 m, l'étudiant est décédé sur place, malgré l'intervention des secours. Suite au choc, la voiture, conduite par un homme de 24 ans au moment des faits, a poursuivi sa route, manquant de peu de renverser les deux autres cyclistes, qui s'en sont tiré grâce une manœuvre de dernière minute. «En adoptant cette conduite dangereuse, le prévenu s'est montré sans scrupule et les a mis en danger de mort imminent», relève l'acte d'accusation. L'alcoolémie du conducteur était de 1,96‰.

Le jeune homme a comparu hier devant le Tribunal correctionnel de Genève en procédure simplifiée (soit un arrangement avant procès entre le Ministère public et le prévenu, qui reconnaît les faits et accepte la peine proposée). Il a été jugé coupable d'homicide par négligence, mise en danger de la vie d'autrui, conduite en état d'ébriété, et violation des obligations en cas d'accident (délit de fuite) notamment. Condamné avec du sursis partiel, le Genevois passera six mois en prison (moins les 26 jours effectués avant l'audience) et sera mis à l'épreuve pendant trois ans. Il devra entreprendre un suivi psychothérapeutique pour sa consommation d'alcool et se soumettre à des contrôles inopinés pendant la période probatoire.

«Il n'y a pas un jour où je ne pense pas à ce que j'ai fait, a déclaré l'accusé devant le tribunal et en présence des parents de la victime. Je pense à la famille, à tout ce que j'ai pu causer.» De son côté, le beau-père du jeune cycliste n'a pas caché sa douleur: «La vie est très différente maintenant, il y a un grand vide à la maison, a-t-il décrit. Je voulais dire au prévenu que je n'ai aucune haine. Je lui en veux beaucoup, mais j'espère que lui comme nous pourrons aller de l'avant dans la vie.»

1,96‰

Ton opinion