Football: En Suisse, on décerne les oscars au milieu du film

Publié

FootballEn Suisse, on décerne les oscars au milieu du film

La Swiss Football Night se tient lundi (19 heures) à Berne et primera les meilleurs joueurs et joueuses de l’année 2022. Au beau milieu des championnats. Une aberration?

par
Valentin Schnorhk
La dernière édition de la SFL Award Night avait eu lieu en 2020. Après une édition annulée et une à distance à cause du Covid, la soirée de gala reprend ses droits ce lundi sous le nom de Swiss Football Night.

La dernière édition de la SFL Award Night avait eu lieu en 2020. Après une édition annulée et une à distance à cause du Covid, la soirée de gala reprend ses droits ce lundi sous le nom de Swiss Football Night.

freshfocus

Pas de chance pour Assan Ceesay. Sans doute que le Gambien ne refera jamais une saison aussi folle que celle réalisée l’an dernier pour porter le FC Zurich au titre de champion de Suisse. Ses 20 buts et ses 10 passes décisives resteront dans les mémoires: jamais Ceesay n’avait semblé être capable de surperformer à ce point. Mais l’espace d’une dizaine de mois, l’homme a marché sur l’eau, idéalement mis en exergue par l’animation imaginée par l’entraîneur André Breitenreiter et si bien associé à Antonio Marchesano (13 buts, 6 assists). Que vous le vouliez ou non, ces trois messieurs ne seront vraisemblablement jamais honorés par le football suisse.

C’est ainsi qu’une saison un peu inattendue et exceptionnelle dans son jeu est reléguée aux oubliettes. Bien sûr, Zurich a été champion et son parcours 2021-22 sera inscrit pour l’éternité au palmarès de la Super League. Mais ses acteurs principaux n’ont pas le droit à pareille distinction. Parce que la Swiss Football Night, qui aura lieu ce lundi dès 19 heures (retransmise en direct sur la page web dédiée) au Casino de Berne, n’a lieu qu’en début d’année suivante. Et non pas à la fin de la saison en cours.

Le rescapé Doumbia

Autrement dit, les meilleurs joueurs et joueuses ne sont pas primés à la fin de la saison, indicateur de temps utilisé par défaut dans le monde du football, mais au milieu de celle-ci. Comme si on décernait les Oscars au milieu d’un film. Ainsi, pour les nominés au titre de meilleur joueur de Super League, aucun Zurichois actuel. Soit parce qu’ils sont partis (Ceesay à Lecce), soit parce qu’ils payent l’horrible première partie de saison du FCZ, qui occupe la place de lanterne rouge.

Seul Ousmane Doumbia a le droit à la mention, mais l’Ivoirien porte depuis les couleurs de Lugano. Au moins, son extraordinaire impact dans le titre de la saison passée n’est pas complètement oublié, et il concourt pour le titre de Meilleur joueur de Super League 2022 aux côtés du milieu de Young Boys Fabian Rieder et de l’ailier servettien Miroslav Stevanovic. Un moindre mal.

«C’est étonnant, parce qu’il n’y a pas forcément de continuité d’une saison à l’autre»

Jérémy Frick, capitaine du Servette FC

Jérémy Frick, lui, n’a aucune chance d’être applaudi lundi. Parce qu’il n’existe pas de catégorie de meilleur gardien, et l’équipe-type d’autrefois n’est plus mise au programme. Cela n’empêche pas le capitaine du Servette FC d’avoir son opinion sur la question, lui qui avait été nommé dans l’équipe-type de Challenge League en 2018: «J’ai toujours trouvé ça extrêmement bizarre de remettre ces prix au milieu d’une saison, sourit le Genevois. Tant mieux pour nous, puisque nous avons Stevanovic de nominé. Mais c’est étonnant, parce qu’il n’y a pas forcément de continuité d’une saison à l’autre.»

Un choix assumé

Pourquoi est-ce donc organisé de la sorte? Il faut se souvenir qu’historiquement, la formule était différente. La «Swiss Award Night», qui était la norme entre 2013 et 2020, s’est transformée en «Swiss Football Night» depuis l’année dernière. Parce que la Swiss Football League et l’Association suisse de football (qui avait ses «Swiss Football Awards» depuis une quinzaine d’années à l’été ou à l’automne) ont décidé d’organiser une remise des prix commune.

Au moment de s’associer pour cette soirée de gala, il a été choisi de conserver la même date. Qui a ses avantages et ses inconvénients. «Par exemple, en été, la plupart des joueurs partent en vacances dès le lendemain de la fin du championnat», fait-on savoir du côté de la SFL. Il faut donc le voir comme un choix assumé, qui n’est pas lié à un contrat marketing. Soit.

Il n’empêche, la question se pose: un tel format met-il véritablement à l’honneur le football suisse? N’y a-t-il pas des dates à trouver, juste avant la fin de la saison, comme cela peut se faire dans d’autres pays? Les catégories en lice ne méritent-elles pas d’être étendues aux entraîneurs ou aux gardiens, par exemple? «Tout est ouvert pour la suite», fait également noter la SFL. Il peut y avoir matière à réflexion.

Les catégories

Ton opinion