Publié

JusticeEn Suisse romande, Genève expulse le plus de criminels étrangers

Le canton du bout du lac a prononcé plus de la moitié des mesures de renvois. Les autres cantons se défendent d'être laxistes. Et l'UDC dénonce un trompe-l'œil

par
Arthur Grosjean avec G.S.
Le top 3 des nationalités expulsées se répartit comme suit à Genève: Albanie, Roumanie et Algérie.

Le top 3 des nationalités expulsées se répartit comme suit à Genève: Albanie, Roumanie et Algérie.

iStock

Combien de criminels étrangers font l'objet d'une expulsion en Suisse romande? Pour la première fois, la Conférence latine des chefs des Départements de justice et police dévoile des chiffres canton par canton (voir notre graphique ci-contre). Ce qui frappe d'emblée? Genève est le canton qui prononce, et de loin, le plus de renvois. Cela représente plus de la moitié des expulsions en Suisse romande.

Avant de voir pourquoi Genève figure dans le peloton de tête, rappelons que la nouvelle loi sur les expulsions est entrée en vigueur le 1er octobre 2016. Elle est donc relativement récente et découle de l'acceptation de l'initiative UDC «Pour le renvoi des étrangers criminels». Le juge expulse du territoire tout étranger (y compris les permis B et C) qui a commis un crime ou un délit grave. Assassinat, meurtre, viol, escroquerie, mariage forcé, incendie, la liste est longue. Mais le juge peut invoquer dans certains cas une clause de rigueur pour renoncer à un renvoi.

Clause de rigueur

Pourquoi Genève compte autant d'expulsions? Le procureur général Olivier Jornot y voit une raison simple. «J'ai mis en place un dispositif clair et efficace pour renforcer ma politique criminelle par rapport aux délinquants de passage. Que ce soit le cambrioleur géorgien, le voleur roumain ou le trafiquant d'Afrique de l'Ouest, nous demandons systématiquement l'expulsion de ces personnes qui n'ont pas de titre de séjour. En revanche pour des étrangers légalement établis en Suisse, nous appliquons souvent la fameuse clause de rigueur. Voilà pourquoi les personnes qui possèdent un permis B ou C sont plus rarement expulsées.»

Le top 3 des nationalités expulsées se répartit comme suit à Genève: Albanie, Roumanie et Algérie. Mais attention. Il ne faut pas confondre expulsion prononcée par la justice et exécution par la police. Il est pratiquement impossible de renvoyer, par exemple, des Algériens dans leur pays. Combien d'expulsions en 2017 ont-elles été réellement exécutées à Genève? 139 sur 238. L'expulsion est souvent différée car les délinquants doivent au préalable purger une peine de prison.

Pour en savoir plus, consultez le site du Matin Dimanche, www.lematindimanche.ch, sur votre ordinateur personnel, votre tablette ou votre smartphone. L'application Le Matin Dimanche est toujours disponible sur iPad.

Votre opinion