Suisse: Un quart des entrepreneurs sont des femmes
Publié

SuisseUn quart des entrepreneurs sont des femmes

En Suisse, seuls les secteurs vétérinaires, de l’action sociale et des services à la personne sont privilégiés par les créatrices de sociétés, révèle une étude publiée mercredi.

par
Comm/hkr
C’est dans le secteur «Autres services à la personne» que l’on trouve le plus grand nombre de femmes.

C’est dans le secteur «Autres services à la personne» que l’on trouve le plus grand nombre de femmes.

Pixabay (illustration)

En Suisse, la majorité des créateurs d’entreprises restent des hommes. Et pour cause, en 2020, trois entrepreneurs sur quatre (74,4% contre 25,6% pour le sexe opposé) étaient de sexe masculin.

«Seuls les secteurs de l’action sociale, des activités vétérinaires, de l’industrie de l’habillement et des autres services à la personne sont privilégiés par des femmes», souligne la société CRIF qui a publié son enquête, mercredi.

La forme juridique préférée par les femmes comme par les hommes est la Sàrl, qui concerne 18’286 nouvelles sociétés, suivie par l’entreprise individuelle et la SA.

La construction au dernier rang

C’est dans le secteur «Autres services à la personne» que l’on trouve le plus grand nombre d’entrepreneures. Il s’agit avant tout de salons de coiffure, d’instituts de beauté et de studios de manucure. Les secteurs dans lesquels le nombre de créations d’entreprises est le plus élevé sont essentiellement occupés par des hommes.

Dans le commerce de détail, où les employés sont généralement des femmes, la proportion de femmes créatrices d’entreprises est de 34,1%. Dans la restauration, la proportion d’entrepreneures est de 32%, dans le conseil de gestion de 27,3%, dans l’immobilier de 24,2% et dans les activités des services financiers de 16,9%.

Enfin, le secteur de la construction se classe au dernier rang des secteurs les plus importants avec un taux de 12,7% de femmes entrepreneures. Les hommes eux sont majoritaires dans les branches de l’immobilier, de la restauration ou encore dans les services financiers.

Votre opinion