Publié

Hockey sur glaceEn trois semaines, rien n’a changé ou presque

Cela n’avait rien à voir avec le Lausanne-Fribourg du 1er novembre dernier. Pourtant, cela s’est terminé exactement de la même façon, mardi soir à la Vaudoise aréna.

par
Jérôme Reynard

6-1: c’était le score en faveur du LHC, le 1er novembre dernier face à FR Gottéron. 6-1: c’est le score sur lequel les Lions se sont à nouveau imposés, mardi soir contre les Dragons. Entre-temps, trois semaines se sont écoulées. Trois semaines sans compétition pour les Lausannois, passés par la case quarantaine. Trois semaines durant lesquelles les Fribourgeois se sont fait une place au sommet du classement de National League.

Toute une différence de dynamique. Toute une différence de physionomie de match, également. Pourtant, rien n’a changé au tableau d’affichage. C’est ce qui traduit l’écart qui existe aujourd’hui entre le LHC et Gottéron. Il n’est pas aussi grand que ne l’indique le score, loin de là, mais il a du poids. Là où Lausanne avait surfé sur un calendrier favorable pour s’offrir un récital face à des Dragons émoussés le 1er novembre, Fribourg n’a ce coup-ci pas su profiter du manque de compétition des Lions. En fin de compte, le LHC a gagné 6-1 à la fois en étant la meilleure équipe sur la glace et en l’étant de manière bien moins évidente.

Réussite, confiance et talent

Les hommes de Christian Dubé étaient bien partis, mardi. Sauf que leurs largesses défensives ont participé à mettre leur adversaire dans le rythme. Avant que celui-ci n’enchaîne les buts avec une efficacité déconcertante. 6-0 à la 28e, malgré un total de tirs cadrés largement en sa défaveur (13-26). Hallucinant! Et dans le même temps explicable par trois facteurs autres que l’indiscipline fribourgeoise: de la réussite, une confiance qui n’a pas faibli en trois semaines, et du talent.

Le redoutable Charles Hudon n’est pas à 100%? Pas grave, Craig MacTavish peut envoyer Cory Conacher et ses plus de 200 apparitions en NHL à sa place. Résultat: 1 but et 1 assist pour l’attaquant canadien. L’effectif lausannois est riche et les Lions n’ont pas besoin de 36 occasions pour marquer lorsqu’ils ont la baraka. Alors si en plus on leur fait des cadeaux…

«C’est la preuve qu’on est en apprentissage»

Christian Dubé, entraîneur de FR Gottéron

C’est là que se situe la marge de progression fribourgeoise, en particulier dans les gros matches. Savoir capitaliser sur ses opportunités tout en étant capable de serrer le jeu. «On ne peut pas se permettre d’accorder autant d’espaces et de surnombres au LHC. C’est l’une des meilleures formations de la Ligue et contre ce genre d’adversaires, ça se paie cash, confirmait Christian Dubé après la rencontre. C’est comme ça. Et c’est la preuve qu’on est en apprentissage.»

Lausanne, lui, peut continuer à savourer sa série de victoires (6). En étant toutefois conscient que le rendement offensif affiché mardi est intenable sur la longueur.

Pour les détails du match, cliquez ici.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
38 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Escalade

25.11.2020 à 10:45

Ni LHC, ni Fribourg... Les meilleurs romands c'est nous le GSHC ✌

Chriswegijr

25.11.2020 à 10:42

houlà le connaisseur.... Si jamais y a que Malgin qui partira, Hudon est sous contrat 1 an et hier ledit Hudon était en tribune! Ça frustre vraiment ce LHC qui gagne!

SCB

25.11.2020 à 10:29

Pas d'article sur le fait que cette équipe lausannoise ai été la seule a refuser ce que toutes les autres voulaient accepter pour les transferts de joueurs? Encore du grand journalisme, merci Le matin.....