rwanda: En visite, Boris Johnson défend l’accord sur les migrants
Publié

rwandaEn visite, Boris Johnson défend l’accord sur les migrants

À Kigali, le Premier ministre britannique a invité les opposants à son programme de renvoi «à garder l’esprit ouvert».

Le Premier ministre britannique Boris Johnson lors d’une visite à l’école GS Kacyiru II de Kigali, le 23 juin 2022.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson lors d’une visite à l’école GS Kacyiru II de Kigali, le 23 juin 2022.

AFP

Le Premier ministre britannique Boris Johnson est arrivé jeudi matin à Kigali où il doit participer vendredi et samedi à la réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth (CHOGM). Dans la capitale rwandaise, le chef du gouvernement britannique a défendu l’accord controversé sur l’expulsion de migrants du Royaume-Uni vers le Rwanda. «Les gens doivent garder l’esprit ouvert sur le programme (d’expulsion), les critiques doivent garder l’esprit ouvert sur le programme», a déclaré Boris Johnson à la presse, en marge d’une visite d’une école de Kigali. «Ce que les gens doivent comprendre, ce que les critiques du programme doivent comprendre, (…) c’est que le Rwanda a connu une transformation totale au cours des deux dernières décennies», a-t-il souligné, accusant ses détracteurs de fonder leurs inquiétudes sur «une perception, peut-être un stéréotype, du Rwanda».

À Kigali avec le prince Charles

Selon la presse britannique, le prince Charles est également opposé à ce dispositif, qu’il a qualifié en privé de «consternant». Boris Johnson s’est dit «évidemment» prêt à faire valoir «les mérites évidents» du texte devant l’héritier de la couronne britannique, également présent à Kigali pour le CHOGM où il représentera sa mère Elizabeth II. Comme le prince Charles la veille, le Premier ministre a été reçu jeudi matin par le président Paul Kagame. Les deux dirigeants se sont notamment entretenus de ce «Partenariat Royaume-Uni/Rwanda sur la migration et le développement économique, qui s’attaque aux dangereux gangs de passeurs tout en offrant une chance de se construire une nouvelle vie dans un pays sûr», a déclaré Downing Street dans un communiqué.

Forte opposition

Aucun migrant n’a pour l’instant été expulsé dans le cadre de ce programme, après que le premier avion à destination de Kigali a été bloqué à la dernière minute le 14 juin par une décision de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). Mercredi, le gouvernement britannique a présenté au Parlement un projet de loi permettant d’outrepasser la CEDH.

Le projet de Londres d’envoyer au Rwanda des demandeurs d’asile arrivés clandestinement au Royaume-Uni a été condamné par de nombreuses ONG de défense des droits de l’homme, l’ONU et l’Église anglicane, qui l’a qualifié d’«immoral». Le petit pays d’Afrique de l’Est a connu un développement économique remarquable, qui lui a valu le surnom de «Singapour de l’Afrique», mais est régulièrement critiqué pour sa politique répressive en matière de droits de l’homme et libertés publiques.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires