13.11.2014 à 19:16

FOOTBALLEncore deux ballotages avant la Lituanie

Après l'entraînement à huis clos de vendredi, Vladimir Petkovic a encore deux inconnues à résoudre: en défense centrale et en attaque. Le forfait de Ricardo Rodiguez est, lui, confirmé.

Walter Bieri, Keystone

A deux jours du match contre la Lituanie de Saint-Gall, l'équipe de Suisse a éprouvé le besoin de se cacher à nouveau des regards. Apparemment, rien ne doit plus filtrer. Un entraînement à huis clos à Rapperswil - auquel a participé Stephan Lichtsteiner - et deux joueurs - Yann Sommer et Josip Drmic - envoyés un petit quart d'heure seulement devant les micros ne pouvaient bien sûr par satisfaire la curiosité de la presse, à deux jours de ce match important des éliminatoires de l'Euro 2016. Les deux inconnues majeures quant au onze de départ de Vladimir Petkovic subsistent: Schär ou Van Bergen en défense centrale, Mehmedi ou Drmic sur le flanc gauche de l'attaque?

Le forfait de Ricardo Rodriguez, blessé au fessier, a, en revanche, été officialisé. "J'ai tout tenté pour jouer ce match, explique le joueur de Wolfsburg. Je vais beaucoup mieux qu'en début de semaine. Mais je ne suis pas au niveau qui peut me permettre de jouer un match de cette importance. Je le ressens dès que je force." Il restera jusqu'à dimanche en Suisse avant de rejoindre son club. C'est le néophyte François Moubandje qui le remplacera samedi.

"L'ambiance au sein du groupe est excellente. La confiance est bien là." Yann Sommer se veut rassurant. L'absence de Rodriguez, le meilleur joueur de l'équipe avec Xherdan Shaqiri, ne change pas la donne pour le gardien du Borussia Mönchengaldbach. "Nous avons beaucoup parlé entre nous. Nous savons aussi que toute la pression sera sur nos épaules, reconnaît-il toutefois. Il nous faut les trois points de la victoire pour avancer dans ce groupe."

Yann Sommer et ses coéquipiers ont commencé à étudier les vidéos des dernières rencontres de la Lituanie. "Nous avons remarqué que les Lituaniens alignaient des défenseurs très grands. C'est une équipe qui peut être, ainsi, très dangereuse sur les balles arrêtées. La tâche ne sera pas simple pour nous. Elle exige une concentration de tous les instants."

Comme ses coéquipiers, Yann Sommer tient à rappeler que la Suisse n'aurait jamais dû s'incliner contre la Slovénie (1-0) le 9 octobre. "Nous avons livré un bon match à Maribor. Il n'a manqué que les buts, poursuit-il. A San Marin, l'équipe a connu de très bonnes séquences. Samedi, nous savons parfaitement ce que nous devons faire: continuer à nous procurer autant d'occasions et témoigner cette fois d'une plus grande efficacité devant la cage."

(SI)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!