SAGA: Encore un petit cygne à placer
Publié

SAGAEncore un petit cygne à placer

Une nichée de cygneaux a fait le bonheur de Bienne. Mais difficile de recaser les petits de cette race exotique indésirable.

par
Vincent Donzé
À Bienne, les cygnes noirs, indésirables en Suisse, ont été autorisés pour satisfaire les promeneurs.

À Bienne, les cygnes noirs, indésirables en Suisse, ont été autorisés pour satisfaire les promeneurs.

DR

Cinq petits cygnes et puis s’en vont… Stars biennoises d’une volière qui abrite aussi des perroquets et des canaris, le couple formé de «Benni» et «Lili» a eu droit à une progéniture, à titre exceptionnel. Ce ne sont pas deux ou trois, mais cinq cygneaux – une femelle et quatre mâles – qui sont nés le printemps dernier. Et qu’il faut recaser à tout prix. Agressifs envers les cygnes blancs, les noirs, d’origine australienne, sont indésirables en Suisse. Mais à Bienne (BE), une exception a été faite à la Colonie des cygnes pour satisfaire les promeneurs, les donateurs et… les politiciens appelés à renouveler une subvention.

Cinq descendants, c’était une aubaine pour «Benni», qui a déjà perdu sa première compagne croquée par un renard, puis sa première nichée décimée par une fouine. Une tragédie digne du «Lac des cygnes», réparée par «Lili», venue du Zoo de Bâle. Si les cygnes noirs ont droit de cité sur un canal de la Suze, c’est en échange d’un déplumage: des plumes ont été coupées sur une aile pour les empêcher de s’envoler et de coloniser un territoire naturel.

«C’était beau pour le public»

Le problème après la naissance de cinq cygnes, c’est de recaser une progéniture, chassée par ses parents. Un premier essai a été tenté dans un golf, avec un mâle et une femelle. Las! La première nuit, la femelle a été croquée par un renard ou un chien, si bien que le mâle a été rapatrié à Bienne.

Quatre mâles à placer? Deux l’ont été au Zoo Sikypark, à Crémines (BE), qui possédait déjà deux femelles, et un l’a été dans un parc de Bâle. Reste un rejeton que ses parents répudient de plus en plus.

«Une nichée, c’était beau pour le public. Mais les petits sont trop durs à placer: cette expérience ne sera pas renouvelée», soupire René Kramer, gardien de la Colonie des cygnes. Une stérilisation et une castration étant trop risquées, il s’agira de ne pas favoriser une couvaison. Plus question de construire une cabane devant la volière pour protéger les œufs de «Benni» et «Lili» des prédateurs: fouines, corneilles et rats.

Votre opinion