Publié

JaponEncore une fuite d'éléments chimiques à Fukushima

Une nouvelle défaillance du circuit de décontamination d'eau a été détectée dimanche dans la centrale de Fukushima.

1 / 73
Les travaux de décontamination des sols entrepris après l'accident nucléaire de Fukushima au Japon, essentiellement par décapage, ont permis de réduire de 80% les concentrations de césium radioactif. (Jeudi 12 décembre 2019)

Les travaux de décontamination des sols entrepris après l'accident nucléaire de Fukushima au Japon, essentiellement par décapage, ont permis de réduire de 80% les concentrations de césium radioactif. (Jeudi 12 décembre 2019)

Keystone
L'autorité japonaise de régulation nucléaire a estimé techniquement conformes aux nouvelles normes deux réacteurs nucléaires de la compagnie Tepco, une première pour cet opérateur considéré comme responsable de l'accident de Fukushima. (4 octobre 2017)

L'autorité japonaise de régulation nucléaire a estimé techniquement conformes aux nouvelles normes deux réacteurs nucléaires de la compagnie Tepco, une première pour cet opérateur considéré comme responsable de l'accident de Fukushima. (4 octobre 2017)

archive/photo d'illustration, Keystone
L'opérateur de la centrale accidentée de Fukushima, au nord-est du Japon, a commencé mardi à geler le dernier tronçon d'un mur de glace souterrain de 1,5 km. Il est destiné à empêcher la contamination radioactive des flux d'eau. (Mardi 22 août 2017)

L'opérateur de la centrale accidentée de Fukushima, au nord-est du Japon, a commencé mardi à geler le dernier tronçon d'un mur de glace souterrain de 1,5 km. Il est destiné à empêcher la contamination radioactive des flux d'eau. (Mardi 22 août 2017)

AFP

La compagnie gérante de la centrale nucléaire de Fukushima a indiqué dimanche avoir fermé un circuit de décontamination de l'eau contaminée après la détection d'une fuite d'éléments chimiques.

De l'acide chlorydrique utilisé pour neutraliser les eaux alcalines décontaminées fuit d'un joint de raccordement, a précisé Tokyo Electric Power (Tepco) dans un communiqué. Le joint a été enveloppé dans une pièce de vinyl, a ajouté Tepco, soulignant que la fuite provenait de l'une des trois unités du «système avancé de traitement liquide (ALPS). Deux unités, dont celle-ci, étaient exploitées à titre de test et devaient entrer en fonction ce dimanche.

ALPS, conçu avec le groupe japonais Toshiba, est un des rouages-clefs de la stratégie de Tepco pour traiter les quelque 400'000 tonnes d'eau radioactive accumulées du site, dont 300'000 dans des réservoirs, une quantité qui augmente de jour en jour et qui ne pourra pas être stockée indéfiniment, d'autant que certaines des citernes utilisées ne sont pas fiables.

Le gouvernement a déjà prévu d'affecter des fonds à la mise en place l'année prochaine de moyens additionnels et plus puissants de décontamination car ALPS ne saurait de toute façon suffire.

(AFP)

Votre opinion