Publié

TractationsEnergies renouvelables: une firme suisse veut racheter Aérowatt

L'entreprise suisse Kleinkraftwerk Birseck veut acquérir le français Aérowatt, spécialiste de centrales éoliennes et solaires.

Aérowatt est spécialiste de l'énergie solaire et éolienne.

Aérowatt est spécialiste de l'énergie solaire et éolienne.

Keystone

Le producteur suisse d'électricité «verte» KKB a annoncé jeudi être entré en discussions exclusives pour l'acquisition du français Aérowatt, exploitant de centrales éoliennes et solaires, pour un montant de près de 39 millions d'euros.

Les trois principaux actionnaires d'Aérowatt --Demeter Partners, Crédit Agricole Private Equity et Viveris Management-- ont accepté de participer à l'opération qui vise à créer un nouvel acteur paneuropéen dans le domaine de la production d'énergies renouvelables, indique le communiqué.

Coté à la Bourse de Berne, Kleinkraftwerk Birseck (KKB) compte parmi ses principaux actionnaires EBM, distributeur indépendant d'électricité suisse, qui exploite des centrales électriques en Suisse, Espagne, Italie et en France. Le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 2,3 millions d'euros en 2010 et un bénéfice net de 0,6 million d'euros.Aérowatt exploite 25 centrales éoliennes (d'une capacité totale de 106 megawatts) et 30 sites solaires (17 megawatts-crête), pour un chiffre d'affaires de 17,2 millions d'euros en 2010.

Le nouvel ensemble disposera d'un parc installé de plus de 158 MW et d'un portefeuille de projets représentant une puissance cumulée totale de plus de 1.800 MW

KKB compte lancer la construction de nouvelles centrales hydrauliques, éoliennes et solaires sur les principaux marchés européens (Allemagne, France, Italie, Espagne).

Les entreprises espèrent finaliser l'acquisition au cours du premier semestre 2012, une fois levées certaines conditions, notamment financières (accord de certains banquiers d'Aérowatt) et avoir obtenu l'accord des autorités de marché concernées.L'acquisition d'Aérowatt se ferait sur la base d'une valorisation de 38,9 millions d'euros, soit 19,77 euros par action, représentant une prime de 54,45% par rapport au dernier cours coté sur NYSE Alternext à Paris.

(AFP)

Votre opinion