Tennis - Enfin une victoire à Roland-Garros pour Medvedev
Actualisé

TennisEnfin une victoire à Roland-Garros pour Medvedev

Le N°2 mondial a décroché lundi sa première victoire à Roland-Garros en cinq participations. Le Russe a battu Alexander Bublik (ATP 37). Swiatek, Sinner et Serena Williams également qualifiés pour le deuxième tour.

Poing levé pour le Russe Daniil Medvedev. Lundi, il a remporté son premier match à Roland-Garros en cinq tentatives.

Poing levé pour le Russe Daniil Medvedev. Lundi, il a remporté son premier match à Roland-Garros en cinq tentatives.

AFP

Daniil Medvedev a beau être classé deuxième joueur mondial, il n’avait encore jamais remporté un match sur la terre battue française. C’est désormais chose faite. Lundi lors du premier tour, il a dominé Alexander Bublik (ATP 37) en trois petits sets (6-3, 6-3, 7-5).

Face à un joueur atypique, le Russe a réussi une partie très solide. «C’est un très bon match mais je m’étais très bien entraîné, a-t-il commenté en français avant de quitter le court Philippe-Chatrier. Je n’avais encore jamais gagné à Roland-Garros, mais je voulais vraiment le faire aujourd’hui. Alors même quand j’ai été mené, au troisième set, j’ai su réagir.»

«Cette année, je trouvais que j’étais vraiment nul sur terre battue. Mais dès le premier jour ici, j’ai senti que je pouvais très bien jouer»

Daniil Medvedev

«Cette année, je trouvais que j’étais vraiment nul sur terre battue. Mais dès le premier jour ici, j’ai senti que je pouvais très bien jouer. Je me sens presque comme sur dur», a poursuivi Daniil Medvedev.

À 25 ans, il a atteint les sommets de la hiérarchie du tennis grâce à ses performances sur dur et notamment sa finale historique à l’US Open 2019 où il avait poussé Rafael Nadal au cinquième set après avoir perdu les deux premières manches. Plus récemment, il a remporté en 2020 le Masters de fin d’année.

Au prochain tour, le Russe affrontera l’Américain Tommy Paul (ATP 52).

Iga Swiatek plus forte que la pression

Iga Swiatek avait une double pression lors de ce premier tour: défendre son titre et jouer contre une amie.

Iga Swiatek avait une double pression lors de ce premier tour: défendre son titre et jouer contre une amie.

AFP

Dans le tableau féminin, la tenante du titre n’a pas manqué son départ. Iga Swiatek (WTA 9) a débuté par une solide victoire face à la Slovène Kaja Juvan (WTA 91) en deux sets (6-0, 7-5).

Le jour de ses 20 ans, la Polonaise a entamé la partie tambour battant: elle s’est échappée 3 jeux à 0 en 12 minutes, et 6-0 en 23, en ne laissant que neuf points à son adversaire.

Les choses se sont compliquées dans la seconde manche, qui a duré une heure: Iga Swiatek a d’abord creusé l’écart 3-1 mais Juvan, qui a dû patienter plus d’une demi-heure pour inscrire son premier jeu et trois quarts d’heure pour obtenir sa première balle de break, est revenue à hauteur et a même eu deux occasions de breaker à 5 partout. Mais la Polonaise a tenu bon et c’est elle qui a conclu la partie au jeu suivant, à sa quatrième balle de match.

Swiatek affrontera la Suédoise Rebecca Peterson au deuxième tour.

Sinner sauve une balle de match

Quant à Jannik Sinner (ATP 19), il a été sérieusement bousculé par Pierre-Hugues Herbert (ATP 85), face auquel il a dû sauver une balle de match pour décrocher son billet pour le deuxième tour.

L’Italien, qui avait atteint les quarts de finale l’an dernier Porte d’Auteuil, a eu besoin de 5 sets (6-1, 4-6, 6-7 (4/7), 7-5, 6-4) et de plus de 3h30 pour se défaire du Français, particulièrement accrocheur et largement soutenu par le public du court Suzanne-Lenglen.

«Quand j’ai vu son nom sur le tirage au sort, je savais que ça allait être un match difficile, surtout ici où il avait le soutien des spectateurs»

Jannick Sinner

«Quand j’ai vu son nom sur le tirage au sort, je savais que ça allait être un match difficile. Surtout ici où il avait le soutien des spectateurs. Malgré cela, c’est vraiment bien de jouer à nouveau devant du public, donc merci à tous d’être venus, a salué Sinner juste après le match. Le tennis est vraiment un sport de fou, où tout peut changer à chaque point. Aujourd’hui je suis content que cela ait tourné en ma faveur. Je me sens un peu comme un survivant».

Après un premier set impérial, la pépite italienne de 19 ans a semblé marquer le pas, faisant même brièvement appel au médecin à l’entame de la troisième manche. Un coup de mou qui a permis à Herbert de revenir puis mener deux sets à un.

Dans la quatrième manche, Sinner a même frisé la correctionnelle, devant sauver pas moins de 5 balles de break dans le huitième jeu, avant de devoir effacer une balle de match à 5-4. Mais, solide, l’Italien a finalement repris l’avantage pour s’emparer du set 7-5 avant de faire le break d’entrée dans la cinquième manche.

Ça passe aussi pour Serena Williams

En soirée, Serena Williams a inauguré avec succès les sessions nocturnes de Roland-Garros par une victoire face à la Roumaine Irina-Camelia Begu (WTA 74) en deux sets (7-6 [8/6], 6-2). À 39 ans, l'Américaine est toujours en quête d'une 24e couronne en Grand Chelem qui lui permettrait d'égaler le record absolu de titres majeurs détenu par l'Australienne Margaret Court.

Elle ne s'est pas évité une frayeur dans la première manche, après avoir pourtant pris les devants 5 jeux à 2. Begu a d'abord recollé, puis elle a servi pour le set à 6-5, et s'est même procuré deux balles de set dans le jeu décisif avant que la cadette des sœurs Williams ne s'en sorte 8 points à 6. «Ce n'était pas facile dans le premier set, je suis contente d'avoir réussi à m'en sortir», a-t-elle commenté.

Serena, dont les chaussures portent l'inscription «Je ne m'arrêterai jamais», affrontera une autre Roumaine, Mihaela Buzarnescu, au deuxième tour.

La championne américaine est arrivée à Paris avec une seule victoire sur terre battue au compteur cette saison en deux tournois (Rome et Parme).

En revanche, l'Espagnole Garbine Muguruza, 13e mondiale et lauréate de Roland-Garros en 2016 mais handicapée par des douleurs dorsales, a été éliminée lundi dès son entrée en lice par l'Ukrainienne Marta Kostyuk (WTA 81) 6-1, 6-4. À 19 ans, Kostyuk joue pour la deuxième fois le grand tableau du Majeur parisien, après son élimination au premier tour l'an dernier.

(AFP)

Votre opinion