Guantanamo: Enième report pour les accusés du 11 septembre
Publié

GuantanamoEnième report pour les accusés du 11 septembre

Motif : un des avocats de la défense, qui s'était cassé le poignet, ne pouvait assister à la session de deux semaines.

C'est un tribunal militaire qui prépare à Guantanamo le procès des cinq accusés du 11 septembre. (image d'archives)

C'est un tribunal militaire qui prépare à Guantanamo le procès des cinq accusés du 11 septembre. (image d'archives)

Keystone

Le tribunal militaire, qui prépare à Guantanamo le procès des cinq accusés du 11 septembre, a dû se résoudre mercredi à reporter au mois de mars ses audiences. Un des avocats de la défense, qui s'était cassé le poignet, ne pouvait assister à la session de deux semaines.

La procédure contre les cinq accusés du 11 septembre suscite un regain d'intérêt après l'arrivée à la Maison-Blanche de Donald Trump. Le milliardaire républicain a affirmé qu'il n'hésiterait pas à reprendre les méthodes controversées de l'administration de George W. Bush face aux extrémistes.

Selon des journaux américains de mercredi, le nouveau président américain s'apprête à révoquer des décrets signés par son prédécesseur Barack Obama en janvier 2009, qui ordonnaient la fermeture du centre de détention de Guantanamo et des prisons de la CIA en dehors du pays. Ils avaient aussi mis fin aux techniques d'interrogatoire assimilées à de la torture. Le porte-parole de la Maison-Blanche a démenti ces informations.

La torture revient dans le débat

Les cinq accusés du 11 septembre, dont Khaled Cheikh Mohammed (KSM), qui est considéré comme le cerveau des attentats, sont détenus depuis une quinzaine d'années par les autorités militaires américaines. Ils risquent la peine de mort. Ils ont été inculpés il y a neuf ans, mais il est impossible, à ce stade, de prévoir la date de leur procès. Il s'agit de l'une des procédures les plus complexes de l'histoire judiciaire américaine.

«Nous sommes plus déterminés que jamais à présenter ces personnes devant la justice, et nous le ferons, quel que soit le temps que cela prendra», a déclaré mardi le général Mark Martins, procureur principal dans cette affaire. Selon lui, la sélection du jury pourrait commencer en mars 2018. Côté défense, 2020 est considéré comme un calendrier plus réaliste.

Des éléments à charge recueillis par la CIA demeurent classifiés dans le rapport du gouvernement américain sur la torture. Ce qui rend furieux les avocats de la défense, car ils n'ont pas connaissance de tout le dossier dont dispose le gouvernement.

(ats)

Votre opinion