Publié

FRANCEEnquête ouverte sur les génériques Teva après un décès

Une enquête a été ouverte à Marseille après la mort suspecte samedi soir d'un homme de 92 ans chez lequel les policiers ont retrouvé des boîtes entamées de Furosémide Teva 40mg, un médicament diurétique.

Usine Teva aux Etats-Unis. Image d'archives.

Usine Teva aux Etats-Unis. Image d'archives.

Keystone

L'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) procédera lundi à l'inspection de l'usine du laboratoire de génériques Teva à la suite d'une erreur de conditionnement d'un diurétique dont des lots contiendraient un somnifère. L'enquête a été ouverte après la mort suspecte d'un homme de 92 ans.

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, ainsi que l'ANSM, ont déclaré dimanche qu'aucun élément pour l'instant ne permettait «d'établir ou non un lien de cause à effet» entre l'erreur de conditionnement et le décès de Marseille. Une autopsie doit être pratiquée lundi sur le défunt, qui aurait succombé à un oedème pulmonaire.

L'ANSM précise que l'arrêt du traitement par Furosémide peut entraîner une augmentation des oedèmes ou leur récidive, ou favoriser une poussée d'insuffisance cardiaque.

Problème de conditionnement

L'agence a ordonné vendredi le rappel de deux lots suspects après l'alerte d'une patiente traitée au Furosémide, qui disait souffrir de somnolence. Il apparaît qu'après «un problème de conditionnement», certains comprimés de ce diurétique ont pu être remplacés par des comprimés d'un somnifère, le Zopiclone Teva 7,5 mg, appelé également Imovane.

(ats)

Votre opinion