Allemagne - Enquête pour cyberespionnage présumé contre des députés
Publié

AllemagneEnquête pour cyberespionnage présumé contre des députés

Berlin soupçonne les services de renseignements russes, à quelques semaines des élections législatives allemandes.

Le Bundestag.

Le Bundestag.

AFP

Le parquet fédéral allemand a annoncé jeudi l’ouverture d’une enquête pour cyberespionnage présumé contre des députés du Bundestag, à quelques semaines des élections législatives, derrière lequel Berlin soupçonne les services de renseignements russes. «Je peux confirmer que nous avons ouvert une enquête sur un soupçon d’activité de services de renseignements étrangers», a indiqué à l’AFP un porte-parole du parquet, interrogé sur les accusations portées en début de semaine par le gouvernement allemand contre les services secrets russes concernant des attaques de «phishing» contre des parlementaires allemands.

Une porte-parole du ministère des Affaires étrangères allemand avait alors sévèrement critiqué des tentatives russes d’influencer les élections législatives du 26 septembre, à l’issue desquelles la chancelière allemande Angela Merkel se retirera du pouvoir après 16 ans de règne. Les autorités allemandes ont pointé du doigt les services de renseignement GRU, responsables selon elles des attaques visant particulièrement les conservateurs de la chancelière et son allié au gouvernement, le parti social-démocrate.

Pendant des mois, des hackers de «l’opération Ghostwriter», orchestrée par le GRU, ont tenté d’accéder aux comptes e-mail privés de députés nationaux et régionaux, parvenant à en pirater certains. Une affaire dévoilée par le magazine Der Spiegel dès le mois de mars. Les hackers auraient imité l’adresse email de personnes en qui les élus avaient confiance pour mieux les piéger, avec l’objectif d’obtenir un accès illimité aux courriels des élus et d’espionner les principaux décisionnaires du pays.

En Allemagne, les affaires d’espionnage dans lesquelles la responsabilité du Kremlin est pointée du doigt sont légion depuis plusieurs années. Elles surviennent en dépit de la politique de dialogue et de coopération avec Moscou qu’Angela Merkel a menée envers et contre tout durant ses années à la chancellerie, quitte à envenimer les relations entre l’Allemagne et les États-Unis.

Version originale publiée sur 20min.ch.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires