Publié

JusticeEnquête sur un prof de l'EPFZ soupçonné de manipulations

Ce professeur de biologie aurait manipulé des images dans le cadre d'études scientifiques, selon des accusations de deux sites spécialisés.

par
cht
L'EPFZ, dont on voit ici le bâtiment principal, s'est dite très surprise des accusations à l'encontre de son professeur.

L'EPFZ, dont on voit ici le bâtiment principal, s'est dite très surprise des accusations à l'encontre de son professeur.

Keystone

L'EPF Zurich ouvre une enquête sur les publications de l'un de ses professeurs, accusé d'avoir manipulé des images dans le cadre d'études scientifiques. Les accusations émanent des sites Internet spécialisés PubPeer et Retraction Watch.

Professeur de biologie de l'ARN à l'EPF Zurich, O.V. figure dans les publications incriminées en tant qu'auteur et coauteur, indique jeudi 9 avril l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich. Les accusations ne concernent que les illustrations publiées. PubPeer et Retraction Watch n'ont pas mis en doute les résultats des études.

Les premiers reproches sont apparus en janvier sur Internet. Des experts ont alors soupçonné que des images publiées par le chercheur français de l'EPF Zurich, spécialiste des plantes, ont pu être manipulées.

Résultats confirmés

«Ces accusations ont surpris la direction de l'EPF Zurich. O.V. est un scientifique dont les résultats remarquables en matière de recherche ont été confirmés à plusieurs reprises par des groupes de chercheurs», souligne Detlef Günther. Le vice-président de l'EPFZ pour la recherche et les relations avec l'industrie a constitué une commission d'enquête.

Cette dernière sera composée de quatre personnes. Elle sera placée sous la présidence d'un spécialiste externe indépendant de la direction de la haute école. Toutes les publications mises en cause seront analysées.

La commission d'enquête remettra un rapport à la direction de l'EPFZ qui décidera de la marche à suivre et d'éventuelles mesures à prendre. La haute école dispose d'un règlement sur l'éthique de la recherche qui, le cas échéant, s'appliquera, précise-t-elle.

Accusations graves touchant le CNRS

Vu l'ampleur de l'enquête, il est impossible de prédire quand ses résultats seront connus. L'EPF Zurich annonce qu'elle fournira des informations détaillées dès qu'elle sera en possession du rapport et que l'ensemble des faits seront révélés.

Elle se trouve «en contact permanent» avec le CNRS, à Paris, et l'Université de Cambridge, qui sont également touchés par les accusations de manipulation. Ces deux institutions ont, elles aussi, constitué une commission d'enquête indépendante.

O.V. est également mis en cause dans des cas plus anciens. Jeudi, «Le Monde» a notamment révélé qu'une procédure de retrait d'un article scientifique publié par le Français en 2004 est en cours. Une chercheuse américaine ayant collaboré avec lui l'accuse d'avoir manipulé les données d'une étude réalisée pour le CNRS.

(ats)

Votre opinion